[CONNECT 54'] e-gov en Afrique : le numérique a-t-il «normalisé» la relation citoyen-administration  ?

 |  | 384 mots
Lecture 2 min.
Où en est aujourd'hui l'Afrique en matière de e-gov ? Quels sont les obstacles qui entravent encore l'amélioration de ce grand chantier ? Quelles garanties assure-t-il en matière de transparence et de protection de données privées ? Qui sont les acteurs qui participent à la modernisation digitale des administrations publiques africaines ?... Rendez-vous le 27 avril 2021, depuis nos studios à Paris et en duplex via Zoom, avec notre émission Connect 54' autour de la thématique « e-gov en Afrique: le numérique a-t-il « normalisé » la relation citoyen-administration ? ».

Peut-on faire l'impasse sur la digitalisation pour moderniser les administrations publiques du continent ? Depuis le lancement de ce grand chantier au début des années 2000 et malgré une fracture numérique nettement remarquée à l'époque, plusieurs pays africains allaient miser sur les technologies de l'information et de la communication pour d'une part réduire la lenteur de la machine administrative publique et d'autre part améliorer la qualité des services rendus aux citoyens.

Aujourd'hui, à mi-chemin de la réussite de grand défi, les pouvoirs publics de la plupart des pays du continent ne proposent plus que de simples bases de données d'information au public, mais une dématérialisation de l'administration avec des procédures totalement digitalisées dans plusieurs secteurs comme les douanes, les impôts, la justice, la santé, l'éducation ou encore la gestion des élections.

Mais l'e-gov ne se limite pas aux volets techniques et à l'innovation, même si les TIC sont indéniablement un levier majeur pour l'essor économique. La composante « gouvernance » et le climat des affaires restent dépendant de la performance des services publics rendus aux citoyens et aux opérateurs.

Où en est aujourd'hui l'Afrique en matière de e-gov ? Quels sont les obstacles qui entravent encore l'amélioration de ce grand chantier ? Quelles garanties assure-t-il en matière de transparence et de protection de données privées ? Qui sont les acteurs qui participent à la modernisation digitale des administrations publiques africaines ? Comment relever le défi d'une smart administration alors que le digital s'impose de plus en plus comme l'un des objectifs de développement durable sur le continent ?

Pour répondre à ces questions, La Tribune Afrique organise le 27 avril 2021, depuis nos studios à Pariset en duplex via Zoom, un Connect 54' autour de la thématique « e-gov en Afrique : le numérique a-t-il « normalisé » la relation citoyen-administration ? », avec la participation de :

- Cina Lawson, ministre de l'Economie numérique et de la Transformation digitale du Togo ;

- Lacina Koné, directeur général de Smart Africa ;

- Adnane Ben Halima, vice-président en charge des relations publiques pour la région Méditerranée de Huawei Northern Africa ;

- Houda Chakiri, professeur en informatique à l'école des sciences de l'ingénierie à l'université Al Akhawayn ; fondatrice et ancienne CEO d'Enhanced Technologies (Maroc).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2021 à 0:36 :
Un accent doit être mis sur :
La disponibilité d'infrastructures adéquates
La sécurité
La gouvernance surtout du point de vue organisation et méthode

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :