Vanessa Moungar : « Le genre n'est pas une question de morale mais relève de l'économie »

 |   |  1308  mots
Vanessa Mounga est directrice de la Division Genre, femmes et société civile à la Banque africaine de développement (BAD),
Vanessa Mounga est directrice de la Division Genre, femmes et société civile à la Banque africaine de développement (BAD), (Crédits : BAD)
Récompensée le 21 avril du prix les Margaret de la Journée de la femme digitale (JFD) dans la catégorie Intrapreneur Afrique, Vanessa Moungar, directrice de la Division Genre, femmes et société civile à la Banque africaine de développement (BAD), revient sur la stratégie du groupe pour promouvoir l'égalité sur le continent, en cette période de pandémie mondiale...

La Tribune Afrique - De quelle manière votre parcours personnel et votre formation professionnelle vous ont-ils conduite à travailler sur les questions liées au genre ?

Vanessa Moungar - De père chirurgien tchadien et de mère infirmière française, j'ai bénéficié d'une double culture dès mon plus jeune âge. Très tôt, j'ai intégré la réalité de l'injustice sociale qui m'a certainement influencée dans mes choix professionnels futurs. Mes parents m'ont baigné dans une grande générosité mais également dans le souci de nourrir une ambition pour le continent africain [...]

Après un baccalauréat littéraire, je me suis inscrite en école de Commerce. J''ai obtenu le MBA Institute du groupe INSEEC, une école franco-américaine basée à Paris. J'ai également obtenu un Master en Management de l'Université de Harvard. J'ai commencé ma carrière professionnelle au sein de la startup Terrafina [une société agroalimentaire américaine, ndlr]) que j'avais intégrée à l'occasion d'un stage et où je suis finalement restée 8 ans. C'est à travers le World Economic Forum (WEF) que j'ai ensuite commencé à travailler sur les questions liées au dividende démographique, aux femmes et à la jeunesse. Aujourd'hui, je dirige la stratégie liée au genre pour la BAD ou en d'autres termes, comment assurer l'égalité homme-femme sur le continent.

En Mauritanie, les lois ne permettent pas l'égalité des salaires et le Tchad est toujours classé parmi les pays les moins égalitaires, selon le dernier classement du Gender Parity Score de McKinsey : comment...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :