Ylias Akbaraly : « Je veux rendre à Thomson Broadcast sa renommée des années 2010 »

 |   |  1011  mots
Ylias Akbaraly, PDG du Groupe Sipromad, est la première fortune de Madagascar et quatrième d'Afrique francophone. En août dernier, il est entré dans le cercle très fermé des hommes d'affaires africains ayant réalisé de gros investissements en France.
Ylias Akbaraly, PDG du Groupe Sipromad, est la première fortune de Madagascar et quatrième d'Afrique francophone. En août dernier, il est entré dans le cercle très fermé des hommes d'affaires africains ayant réalisé de gros investissements en France. (Crédits : DR)
Début août, le Groupe Sipromad a signé son entrée sur le marché français en s’offrant les activités civiles de Thomson Broadcast. Une acquisition qui rehausse le positionnement de ce conglomérat malgache -de 27 sociétés désormais- au niveau mondial, notamment dans le domaine du broadcasting radio et télévision. A sa tête, Ylias Akbaraly, l’homme le plus riche de Madagascar et quatrième fortune d’Afrique francophone, revient pour La Tribune Afrique sur ce deal et en dit plus sur les autres projets du groupe. Interview.

La Tribune Afrique : Vous vous êtes récemment offert les activités civiles de Thomson Broadcast en France. Qu'est-ce qui a motivé cette entrée remarquable sur le marché français ?

Ylias Akbaraly: Le Groupe Sipromad est déjà présent dans le Broadcasting depuis 2014 à travers notre filiale Broadcasting Media Solutions (BMS) qui intervient en Afrique et Océan Indien. Des contrats significatifs sont à notre actif notamment au Ghana, à l'Île Maurice, à Madagascar et au Zimbabwe. Notre partenariat avec Rohde and Schwarz dans la partie commercialisation des produits TNT/radio est une expertise que le Groupe Sipromad a et développe en Afrique.

Aujourd'hui, l'acquisition de Thomson Broadcast est une étape supplémentaire à notre expertise qui ne peut être que bénéfique dans notre stratégie d'innovation, de maîtrise des coûts, de définition des prix, de contrôle de la production et dans la commercialisation en générale. Tout ceci ajouté à notre solide apport financier présage et permet d'être optimiste sur la reprise des activités civiles de Thomson Broadcast par le Groupe Sipromad.

« Le Groupe Sipromad s'est donné pour objectif de rendre à la société française Thomson Broadcast la renommée qu'elle avait dans les années 2010. »

Quels sont les termes de ce deal ?

Les activités de la compagnie française Thomson ont été réparties en deux. Les activités militaires ont été reprises par Thalès et les activités civiles par le Groupe Sipromad à travers Phenixya pour développer les activités de broadcasting radio et télévision sous la marque Thomson Broadcast.

Le Groupe Sipromad s'est donné pour objectif de rendre à la société française Thomson Broadcast la renommée qu'elle avait dans les années 2010 en étoffant son équipe à Paris, en présentant de nouveaux produits innovants grâce au renforcement de la Recherche et de Développement et en lançant prochainement un « think tank » pour permettre une vision long-termiste. L'objectif étant d'étendre notre présence en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et aux Etats-Unis.

A noter que pour manifester notre stratégie de continuité et d'innovation, le Groupe Sipromad et Thomson Broadcast ont été présent à L'IBC 2018 à Amsterdam qui est le plus grand salon européen dédié à l'industrie de la diffusion TV et radio, image numérique et (Ultra) haute Définition. Nous participerons également au NAB Show de Las Vegas en 2019 [le salon professionnel annuel produit par l'Association nationale américaine représentant les intérêts des organisations commerciales et non-commerciales impliquées dans la radio et télédiffusion, Ndlr].

Cette acquisition vous introduit directement sur le marché asiatique. Serait-ce un truchement naturel pour exporter les activités « conventionnelles » de Sipromad dans cette région ?

Tout à fait. Le Groupe est en train de finaliser des négociations aux Philippines et au Bangladesh. Et nous sommes en pourparlers avec le gouvernement de l'Indonésie. Le Broadcasting est aujourd'hui l'activité sur laquelle le Groupe veut développer à l'exportation.

Au Quai Branly à Paris, vous venez d'inaugurer l'exposition « MADAGASCAR, Arts de la Grande Ile ». Quel en est l'objectif ?

La salle « Instruments de musique » qui a été réalisée grâce au mécénat du Groupe Sipromad était une invitation au grand public de voyager et découvrir l'Île Rouge.

Cette initiative permet au Groupe Sipromad d'affirmer son sentiment d'appartenance à son pays d'origine, de rappeler sa politique de redevabilité et de responsabilité sociétale; et également de renforcer sa stratégie de promotion de l'image de Madagascar (promotion artistique et culturelle) pour développer le secteur du Tourisme dans lequel le Groupe est impliqué. C'est aussi une occasion de mettre en avant la relation Franco-malgache qui va au-delà du domaine économique et s'étend dans le domaine culturel.

Vous visez prochainement d'autres pays d'Europe et les Etats-Unis. Selon vous, comment les entreprises africaines devraient-elles appréhender l'ouverture à l'international ?

L'Afrique doit appréhender positivement l'ouverture à l'international et doit savoir exploiter davantage ses richesses. Les nombreux ingénieurs et techniciens originaires d'Afrique répartis de par le monde démontrent la capacité dont dispose le réservoir Afrique des ressources humaines. Il faut désormais implanter des usines de transformations -respectueuse de la qualité- en Afrique, car le marché mondial existe.

Où en sont les projets d'expansion de Sipromad en Afrique ?

Nous avons bien démarrés à Maurice et nous avons continué au Maroc, Ghana et au Zimbabwe. Maintenant, nous continuons avec des projets au Mali, Angola, Guinée, Nigéria, Kenya, Côte d'ivoire et Cap-vert.

On voit dans le déploiement de votre méthode managériale que vous accordez beaucoup d'importance aux RH. Comment choisissez-vous les managers qui pilotent vos entreprises ?

Nous mettons en avant l'Homme, ses valeurs et nous nous assurons qu'elles convergent avec les nôtres qui sont : L'éthique - le dynamisme - l'esprit d'équipe - la créativité - l'Excellence - le professionnalisme - l'humilité et le leadership.

Nous nous concentrons sur la formation de nos cadres. Nous les formons, les recyclons et les accompagnons dans leur développement.

Quelle est, aujourd'hui, la qualité de vos rapports avec Nelly Jirary, ex-DG de Sipromad, contrainte à la démission en avril 2014 en raison de poursuites judiciaires ?

Nous n'avons plus aucun rapport avec Nelly Jirary depuis sa démission.

Le Groupe Sipromad fait déjà 150 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel. L'année 2018 semble partie pour s'achever sur une note positive. Envisagez-vous une meilleure performance ?

Nous avons déjà commencé à investir en 2018 et nous allons continuer en 2019. Cette lancée va nous permettre de continuer dans cette lancée et avoir de bonnes performances. Par ailleurs, nous envisageons de donner une attention particulière à l'énergie renouvelable.

Quelles vont être les priorités de 2019 ?

Nous voulons prioritairement capitaliser nos acquis et développer les secteurs porteurs dans lesquels nous sommes notamment dans le secteur de l'industrie où nous avons d'importants investissements de prévus ; ou encore dans le secteur tourisme où nous avons un projet d'hôtel 5 étoiles avec un partenaire hôtelier international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :