Sékou Sangaré :  « Les stocks alimentaires sont une priorité pour garantir la sécurité alimentaire »

 |  | 1133 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : CEDEAO)
Entretien avec Sékou Sangaré, Commissaire de l'Agriculture de l'Environnement et des Ressources en eau de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) sur la démarche ouest-africaine de stockage de sécurité alimentaire.

Malgré une production agricole en augmentation dans l'espace Cedeao et estimée pour la dernière campagne à plus de 74 millions de tonnes de céréales et 194 millions de tonnes de tubercules, la situation alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l'Ouest reste structurellement à risques. Les impacts négatifs du changement climatique, l'insécurité civile, le terrorisme, les conflits intercommunautaires et la crise liée à la pandémie de la Covid-19, sont les principales causes de cette situation alimentaire difficile. Selon les résultats du Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel, publiés en avril 2021, près de 19,6 millions de personnes ont actuellement besoin d'une assistance alimentaire immédiate. Ce chiffre pourrait atteindre, voire dépasser 27,1 millions de personnes entre mai et août 2021, si des mesures appropriées ne sont pas prises. Pour tenter de mettre un terme à ces crises de plus en plus récurrentes et structurelles, la Commission de la Cedeao s'inscrit depuis 2012 dans une démarche régionale de stockage de sécurité alimentaire, afin de mieux faire face aux multiples chocs auxquels fait face la région. Sékou Sangaré, Commissaire de l'Agriculture de l'Environnement et des Ressources en eau de la Cedeao, fait le point sur la situation et les perspectives.

La question du stockage est-elle une priorité pour parvenir à la sécurité alimentaire dans la région de l'Afrique de l'Ouest ?

Tout à fait. Le stockage de denrées alimentaires constitue une préoccupation de premier rang pour notre espace, car il est le garant de la sécurité alimentaire pour les populations. Une stratégie de stockage adéquate peut permettre de lutter contre les crises, qui restent fréquentes dans la région et ont même tendance à s'aggraver. La stratégie de stockage est donc une priorité, tant aux niveaux local, national que régional.

-       En premier lieu, historiquement, dans toutes les sociétés africaines, nous stockons au niveau local les produits, car la récolte se fait à une période précise et nous consommons tous les jours de l'année.

-       En second lieu, après les Indépendances, les Nations africaines ont fait de l'autosuffisance alimentaire l'un des principaux leviers de leur souveraineté. Le monopole de l'État dans la commercialisation et le stockage des vivres de base s'inscrivait dans cette optique,

-       Enfin, la conjonction entre l'ampleur et la fréquence croissantes des crises conjoncturelles et la volonté des États de la Cedeao de se solidariser pour y répondre a fait le reste. Ce système de stockage repose fondamentalement sur deux piliers : la Cedeao des peuples, qui conduit à s'appuyer et à promouvoir les initiatives des populations, c'est à dire les stocks de proximité gérés par les organisations de producteurs, et la subsidiarité, c'est à dire l'intervention au niveau régional si nécessaire. Dans le présent cas, la Réserve régionale intervient quand les crises dépassent les capacités de réponse des pays.

Pourquoi organiser une conférence sur la question du stockage alimentaire ?

La Conférence internationale sur le système de stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest, qui se déroule du 28 avril au 10 mai 2021, vise à échanger autour des problématiques et des bonnes pratiques et de partager avec les participants l'expérience de la Cedeao. Le projet d'appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest, financé par l'Union européenne, a permis d'entamer, en 2015, l'opérationnalisation effective de la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest. Cette rencontre permet donc à la Commission de la Cedeao d'évoquer, avec ses partenaires et les autres régions du monde, l'expérience de son système régional de stockage de sécurité alimentaire. Nous avons espoir de poser les bases d'un partenariat multilatéral renouvelé pour renforcer, de manière durable, la résilience du système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire et ses capacités à faire face efficacement à l'amplification et la complexification des crises alimentaires, nutritionnelles et pastorales.

Qu'attendez-vous de cette conférence ?

Ces 10 jours d'échanges vont permettre d'aborder de nombreuses thématiques, comme la vulnérabilité de l'Afrique de l'Ouest et du Sahel à l'insécurité alimentaire, le rôle des stocks dans la promotion de systèmes alimentaires durables et dans la construction du marché régional des produits alimentaires, le rôle des réserves alimentaires dans le renforcement de la résilience et la protection sociale des ménages, les partenariats et mécanismes de financements innovants pour renforcer la résilience du système régional de stockage de sécurité alimentaire, entre autres.

Ces débats vont nous permettre de mener une réflexion commune avec les partenaires et le reste du monde, pour construire un partenariat multilatéral. L'objectif est d'apprendre de l'expérience des autres régions de l'Afrique et du reste du monde en matière de stockage de sécurité alimentaire et mobiliser plus de partenariats et d'appuis techniques et financiers pour consolider et pérenniser le système ouest-africain de stockage de sécurité alimentaire.

Quelles sont les priorités de la Cedeao sur cette problématique, quelles mesures mettre en œuvre de façon rapide ?

La priorité de la région est de construire un partenariat multilatéral afin de pérenniser le système régional de stockage et ainsi renforcer de manière durable ses capacités à répondre efficacement aux crises alimentaires nutritionnelles et pastorales. Notre ambition se traduira progressivement par diverses initiatives, dont la mise en œuvre concrète de la réserve financière. Pour ce faire, la région entend :

  • Positionner la Réserve régionale de sécurité alimentaire comme un outil inédit de solidarité régionale à l'égard des États membres et des populations affectés ;
  • Renforcer la résilience du système régional de stockage et accroître ses capacités techniques et financières pour affronter les crises qui risquent de s'amplifier et de se complexifier ;
  • Créer des synergies avec les autres initiatives de promotion de systèmes alimentaires durables et de protection sociale en vue de mieux contribuer aux objectifs de la politique agricole régionale (Ecowap) ;
  • S'investir dans de nouveaux mécanismes de financement qui permettront aux banques, aux institutions d'assurance et au secteur privé de contribuer à côté de l'aide publique au développement à la résilience financière du système régional de stockage et à l'augmentation de ses capacités d'intervention ;

Enfin, la Cedeao souhaite affirmer son leadership dans le dialogue international sur la finalité des systèmes de réserves alimentaires. Et ce, avec l'objectif de contribuer à l'atteinte des Objectifs de développement durable relatifs à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

conference internationale securite alimentaire cedeao

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :