Maroc : une série de mesures pour contenir la propagation du coronavirus à Casablanca

 |  | 294 mots
(Crédits : Aic Press)
Applicables durant les quatorze prochains jours, les mesures consistent notamment en la fermeture des établissements scolaires avec l'adoption de l'enseignement à distance dès ce lundi 7 septembre. L'annonce des nouvelles tard dans la nuit du dimanche a soulevé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

Après la montée en flèche des cas de contamination au niveau de la ville de Casablanca, le gouvernement marocain a décidé de prendre un ensemble de mesures, à partir de ce lundi à midi, pour contenir la propagation du coronavirus, rapportait dimanche un communiqué gouvernemental.

Ces mesures consistent en la fermeture de tous les points d'accès à la métropole casablancaise, la soumission des déplacements à destination et en provenance de Casablanca à un titre de voyage exceptionnel accordé par les autorités locales, la fermeture de tous les établissements d'enseignement des niveaux primaire, secondaire et universitaire, et l'adoption de l'enseignement à distance, à partir du lundi 7 septembre, précise la même source.

Les marchés à proximité seront fermés à 15h, les cafés et les magasins fermeront à 20h et les restaurants à 21h, ajoute-t-on.

Interdiction des déplacements nocturnes

De même, les déplacements dans tout le territoire de la préfecture de Casablanca sont interdits de 22h à 5h, tout en permettant la circulation des travailleurs de la santé et de la sécurité, ainsi que des employés des secteurs vitaux à condition qu'ils disposent d'une autorisation.

Ces mesures seront maintenues au cours des 14 prochains jours, la situation épidémiologique dans la ville faisant l'objet d'une évaluation précise et continue afin de prendre la décision appropriée, fait savoir le communiqué.

Pour rappel, la ville de Casablanca a enregistré au cours des dernières 24 heures plus de 700 nouveaux de cas de contamination au Covid-19.

Les nouvelles mesures annoncées tard dans la nuit du dimanche ont soulevé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Un choix de timing similaire à celui adopté par le gouvernement au cours de la fête du sacrifice du mouton (Aïd al-Adha) fin juillet dernier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :