Lutte contre la pauvreté au Sahel  : lancement au Niger de la seconde phase du programme RISE

 |   |  524  mots
Une première phase de L'Initiative pour l'accroissement de la résilience au Sahel (RISE) est en pleine exécution dans les régions de Maradi, Zinder et Tillabéry au Niger.
Une première phase de L'Initiative pour l'accroissement de la résilience au Sahel (RISE) est en pleine exécution dans les régions de Maradi, Zinder et Tillabéry au Niger. (Crédits : Pixabay)
La deuxième phase de RISE (l'Initiative pour l'accroissement de la résilience au Sahel), a été lancée vendredi au Niger,  en présence de l'ambassadeur des Etats Unis Eric Whitaker, de la directrice de l'USAID au Niger, Lisa Franchett, du ministre nigérien de l'Action humanitaire et de la gestion des catastrophes, Laouan Magagi et de la coordinatrice du Système des Nations unies, Bintou Djibo.  Prévu pour une durée de cinq ans, le programme va coûter plus de 315 milliards de francs CFA.

315 milliards de francs CFA. C'est le montant de l'enveloppe qui sera allouée à l'Initiative pour l'accroissement de la résilience au Sahel (RISE), dont la deuxième phase a été lancée vendredi au Niger, pour une durée de cinq ans. C'était lors d'une cérémonie présidée par le Haut commissaire à l'Initiative 3N (les Nigériens nourrissent les Nigériens), Ali Béty à Niamey, en présence du ministre nigérien de l'Action humanitaire et de la gestion des catastrophes, Laouan Magagi, de l'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, Eric Whitaker, de la coordinatrice du Système des Nations Unies, Bintou Djibo et de la directrice de l'USAID au Niger, Lisa Franchett.

La nouvelle phase du programme RISE «est conçue pour aider les citoyens nigériens à sortir durablement de la pauvreté, tout en permettant à l'USAID de travailler avec le gouvernement du Niger», a expliqué Franchett. Au cours des cinq prochaines années, l'ambassade des Etats-Unis mettra l'accent «sur le renforcement des réalisations passées, l'intensification des partenariats avec le gouvernement, le secteur privé et les partenaires de la société civile, et la collaboration avec les citoyens nigériens pour les aider à relever leurs propres défis et satisfaire leurs propres besoins», a ajouté la responsable de l'agence américaine pour l'aide internationale.

Lire aussi : Les Etats-Unis prolongent d'une année les sanctions contre le Zimbabwe

A l'en croire, après la première phase du lancement du programme, les résultats ont été prometteurs : «Les populations participant aux activités de RISE sont mieux préparées à faire face aux crises et à faire des choix prometteurs pour leur avenir», témoigne-t-elle.

La deuxième phase de ce programme qui vise à aider les populations du Niger, à renforcer leur résilience face aux chocs climatiques, économiques et sécuritaires auxquels elles sont exposées, sera mise en œuvre sur financement américain.

Un programme similaire au Burkina Faso

D'après l'ambassadeur des EtatsUnis au Niger, «ce deuxième programme de RISE fait suite et s'inspire d'un programme similaire dont l'exécution est en train de s'achever dans les régions de Maradi, Zinder et Tillabéry, d'un montant de 93,5 milliards de francs CFA». Le programme RISE est, selon lui,  «une contribution conséquente pour renforcer les priorités de l'Initiative 3N, notamment la réhabilitation des terres dégradées, la maîtrise de l'eau, la Maison du paysan et l'éducation de la jeune fille».

Lire aussi : Invoquant la persistance de l'esclavage, les Etats-Unis suspendent la Mauritanie de l'AGOA

Lancé en 2012, RISE est un programme des Etats-Unis non pas seulement pour le Niger, mais aussi pour le Burkina Faso, deux pays du Sahel. En matière de développement, les relations entre les Etats-Unis et le Niger sont au beau fixe. Pour rappel, le Niger bénéficie déjà d'un portefeuille de financement américain à hauteur de 250 milliards de Fcfa, pour la période 2018-2023, dans le cadre du programme Millenium Challenge Corporation (MCC) et d'une autre enveloppe d'environ 10 milliards pour la mise en œuvre du programme présidentiel de lutte contre le paludisme (Presidentiel Malaria Initiative).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :