Algérie  : lancement d'un programme de développement des provinces frontalières

 |   |  377  mots
La commune Béni Abbès dans la wilaya de Béchar.
La commune Béni Abbès dans la wilaya de Béchar. (Crédits : DR.)
Le gouvernement algérien vient de décider le lancement d'un programme spécial pour le développement et l'aménagement des wilayas frontalières. Une phase d'étude est déjà en cours avant l'opérationnalisation effective du programme.

Le ministre algérien de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, qui intervenant ce week-end à l'occasion de l'ouverture à Alger, des discussions sur le développement des zones frontalières du pays, a confirmé que le projet du gouvernement d'élaborer un programme spécial de développement des provinces frontalières. A cette occasion, Bedoui a appelé «toutes les administrations centrales et locales, les élus et les opérateurs économiques à se mobiliser pour la concrétisation et la valorisation des résultats de ce programme sur le terrain».

Une phase d'études étendue à la région sahélienne

Pour y arriver, le ministère de l'Intérieur vient de lancer des études sur les 9 zones frontalières. «Dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika et du plan d'action du Gouvernement, le ministère de l'Intérieur a entamé l'élaboration d'études sur chacune des 9 zones frontalières définies dans le plan national de l'aménagement du territoire», a indiqué également ce week-end le directeur général de l'Aménagement et de l'attractivité du territoire au ministère de l'Intérieur, Madjid Ait Saâda.

«Quatre études sont en cours d'élaboration pour l'aménagement et le développement des zones frontalières du sud », a ajouté le responsable. Faisant état du financement du programme et annonçant également que les mêmes études devraient reprendre pour les zones frontalières du sahel et des hauts plateaux, Saâda a indiqué que ces études passaient par trois étapes notamment, la présentation du bilan, l'élaboration d'un plan-programme d'aménagement et de développement, puis la création d'un tableau de bord pour le suivi du programme spécial.

Expliquant la démarche des autorités algériennes, Madjid Ait Saâda a fait comprendre que l'objectif est de réaliser le développement socio-économique dans ces zones et d'améliorer le niveau de vie de leurs habitants, de renforcer la cohésion du territoire national, d'assurer le contrôle des zones sensibles notamment en matière de flux migratoire et d'activités illégales. Aussi, a-t-il ajouté il s'agit de promouvoir l'ouverture sur le Maghreb et l'Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 21:57 :
Le bla bla de toujours et rien dans le ventre et vous allez voir que du pipo et tout le monde le sait c'est leurs savoir faire dans les mensonges

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :