Sénégal : une première tranche de 10 milliards Fcfa pour l'entreprenariat rapide

 |   |  447  mots
Au Sénégal, la première partie du projet Délégation de l'entrepreneuriat rapide (DER) a bénéficié à 15 000 personnes, dont 60% de femmes et 40% de jeunes issus de l'ensemble des 45 départements du pays.
Au Sénégal, la première partie du projet Délégation de l'entrepreneuriat rapide (DER) a bénéficié à 15 000 personnes, dont 60% de femmes et 40% de jeunes issus de l'ensemble des 45 départements du pays. (Crédits : DR)
Quatre mois après avoir annoncé la mise sur pied de la Délégation de l'entreprenariat rapide, un mécanisme de financement de l'auto-emploi pour les femmes et les jeunes, le président sénégalais Macky Sall a procédé lundi dernier à la remise des premiers financements pour un montant global de 10 milliards de Fcfa, à 15 000 bénéficiaires.

Comme il avait promis en début d'année et confirmé en avril dernier, le président sénégalais, Macky Sall, a remis ce lundi 6 août les premiers financements de la Délégation de l'entrepreneuriat rapide (DER). D'après les médias locaux, le nombre des bénéficiaires a atteint les 15 000, dont 60% de femmes et 40% de jeunes issus de l'ensemble des 45 départements du pays, pour une enveloppe globale de 10 milliards de francs CFA.

Au cours d'une cérémonie organisée à cette occasion à Diamniadio (30 km de Dakar), le chef de l'Etat sénégalais a tenu à rappeler sa vision en mettant sur pied ce mécanisme : «La DER répond à l'impératif de développer l'auto-emploi et l'insertion des jeunes et femmes à travers la promotion de l'entreprenariat. Il s'agit d'informer, d'encadrer, de financer et d'accompagner les initiatives des jeunes et des femmes pour leur permettre de réaliser leur rêve, de s'épanouir et de contribuer au maintien de la dynamique de croissance forte de notre économie». Il s'agit d'une innovation économique et sociale arrimée au Plan Sénégal Emergent (PSE) qui se nourrit de «mon ambition de promouvoir l'inclusion financière et sociale à travers l'autonomisation des jeunes et des femmes, en cohérence avec les objectifs de développement durable», a ajouté le président sénégalais.

Un mécanisme de création de richesse

Au total, ce sont 30 milliards de francs CFA qui devront être mobilisés pour cet ambitieux projet. Selon ses promoteurs, la DER est d'abord et surtout un mécanisme de création de richesse. C'est «un mécanisme pour catalyser la création de richesse, insuffler un développement économique inclusif, promouvoir l'équité sociale et territoriale, faciliter la formation de l'économie et renforcer l'inclusion financière», explique Papa Amadou Sarr, délégué à l'entreprenariat rapide. Selon lui ce mécanisme appuiera des projets dans les secteurs de l'agriculture, de la pêche, de l'élevage et de l'artisanat.

La DER constitue effectivement un mécanisme très stratégique pour le gouvernement sénégalais, au regard des chiffres du chômage des jeunes et des femmes dans le pays. La dernière note trimestrielle de l'Enquête nationale sur l'emploi au Sénégal, publiée par l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), estime à 10,8% le taux de chômage des personnes âgées de 15 ans ou plus. Elle précise que le chômage «est légèrement plus noté en milieu urbain où 13,8% de la population active sont au chômage contre 7,6% en zone rurale» et «affecte davantage les femmes (16,5%) que les hommes (5,9%)».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :