Côte d'Ivoire : l'Etat limite l'âge et la durée d'exploitation des véhicules importés

 |  | 560 mots
Lecture 3 min.
Les autorités de tutelle ont décidé d'élargir le contrôle technique à l'ensemble du parc automobile en circulation sur le territoire ivoirien.
Les autorités de tutelle ont décidé d'élargir le contrôle technique à l'ensemble du parc automobile en circulation sur le territoire ivoirien. (Crédits : DR.)
Les autorités ivoiriennes viennent d'annoncer de nouvelles mesures visant à éviter davantage les accidents de circulation et la pollution en décidant, à travers deux décrets, à limiter l'âge des véhicules d'occasion importés et leur durée d'exploitation en Côte d'Ivoire.

L'Etat ivoirien veut maîtriser la circulation des véhicules usés. En réunion hebdomadaire ce mercredi 6 décembre, le gouvernement ivoirien a émis deux décrets portant sur la limitation de l'âge des véhicules importés en fonction du type de l'activité à laquelle le véhicule est affecté et pour la catégorie d'automobile, puis sur la durée d'exploitation du véhicule une fois importé et utilisé en territoire ivoirien, en fonction de la catégorie d'automobile.

Ainsi d'après le premier décret, les véhicules dont l'âge dépasse 5 ans pour les taxis, 7 ans pour les minicars de 9 à 34 places, 7 ans pour les camionnettes jusqu'à 5 tonnes, 10 ans pour les cars de plus de 34 places, 10 ans pour les camions de 5 à 10 tonnes, 10 ans pour les camions de plus de 10 tonnes, 5 ans pour les véhicules de tourismes d'occasion importés, à compter de la date de leur première mise en circulation à l'étranger, sont interdits d'importation en Côte d'Ivoire.

Quant au second décret, il limite à 7 ans pour les taxis, 10 ans pour les minicars, de 9 à 34 places, 10 ans pour les camionnettes jusqu'à 5 tonnes, 15 ans pour les cars de plus de 34 places, 20 ans pour les camions de 5 à 10 tonnes, 20 ans pour les camions de plus de 10 tonnes, les durées d'exploitation des véhicules affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises à compter de leur date de première mise en exploitation.

Pour le porte-parole du gouvernement Bruno Nabagné Koné, ces décisions sont motivées par la volonté des autorités du pays de réduire considérablement le nombre croissant d'accidents en Côte d'Ivoire, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à limiter la pollution qui induit des problèmes de santé pour les populations.

Les villes ivoiriennes sont des «cimetières» pour ces véhicules qui sont en fin de vie en Europe avant de rejoindre les pays africains, a-t-il laissé entendre, expliquant que les deux décrets permettront aussi de réduire l'encombrement des villes par des garages implantés de manière anarchique.

Un moratoire de 10 ans accordé aux véhicules déjà en circulation

Ces nouvelles mesures, applicables dès publication des décrets, comportent toutefois une disposition visant les véhicules déjà en circulation. Le gouvernement a décidé d'accorder une période de 10 ans aux propriétaires de véhicules déjà en circulation affectés au transport public ou privé de personnes ou de marchandises bénéficiant d'une autorisation de transport en vue de leur permettre de se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation.

Le gouvernement précise que durant cette période, des opérations de retrait de la circulation de véhicules les plus âgés seront exécutées. Un arrêté interministériel fixera les tranches d'âges des véhicules concernés et sera ajouté, un renforcement de contrôle technique d'automobile qui aujourd'hui ne couvre pas la totalité du parc automobile. «Ces contrôles vont être renforcés afin que nous atteignions le taux de 100% de véhicules qui passent avec succès le contrôle technique», a indiqué le porte-parole du gouvernement ivoirien.

Pour rappel, l'âge moyen des véhicules en Côte d'Ivoire est supérieur à 20 ans et 75% des véhicules ont un âge compris entre 16 et 20 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :