Acculé par la crise, le Sud Soudan fait la chasse aux crimes économiques

 |   |  471  mots
(Crédits : Reuters)
Pour lutter contre les crimes économiques, le Soudan Du Sud a adopté de nouvelles règles financières. Devenue indépendante en juillet 2011, la plus jeune nation au monde est en proie à une guerre civile depuis 2013. Une véritable aubaine pour les délinquants financiers que Juba compte désormais mettre hors d’état de nuire.

En vertu de ces nouvelles lignes directrices toutes les institutions financières et les particuliers devront déclarer à la banque centrale, pour approbation, toute opération telle que les retraits, les dépôts et les virements bancaires de plus de 10.000 dollars, a indiqué l'Agence de presse chinoise internationale (XINHUA). La plus jeune nation au monde en proie à la corruption, le blanchiment d'argent et les financements occultes, veut mettre un terme aux crimes économiques.

« Ces règles visent à lutter contre le blanchiment de capitaux, l'inflation, le rapatriement de devises et l'évasion fiscale ou le déguisement de fonds obtenus de sources illégales », a déclaré le ministre des Finances et de la planification économique, Stephen Dheiu Dau.

Un pays en manque de devises

Engagé dans une lutte contre l'hyperinflation sur fond de manque de réserves étrangères pour soutenir les importations, le pays veut abolir une pratique très courante chez les Sud Soudanais, la détention de l'argent liquide à la maison. « C'est seulement au Soudan du Sud que les gens aiment garder une grande quantité d'argent dans leurs maisons, ce qui peut être une menace pour notre sécurité nationale, car cet argent peut être utilisé pour financer des terroristes et promouvoir le marché noir », a expliqué le ministre sans préciser la date d'entrée en vigueur de ces nouvelles mesures.

Toutefois, « après la date limite, quiconque veut retirer ou déposer une somme de plus de 10.000 dollars sera interrogé et nous utiliserons nos politiques monétaires disponibles pour enquêter sur la source de cet argent », a indiqué la même source.  De même, toute institution financière qui contrevient aux dispositions sera soumise à des sanctions en vertu des lois du pays contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Une guerre civile qui dure depuis 2013

La guerre civile qui ravage depuis trois ans le Soudan du Sud est une excellente affaire financière pour les potentats qui s'y déchirent avait constaté dans un rapport oublié le mois de décembre dernier à Washington par « The Sentry », un bureau d'investigation fondé par l'acteur américain George Clooney et le défenseur des droits de l'homme John Prendergast.

Devenu indépendant en 2011, le Soudan du Sud est confronté à une crise politique marquée par une guerre civile qui a atrophié son marché intérieur. Des millions d'habitants ont fui leurs foyers depuis décembre 2013. Des milliers de Sud soudanais sont allé se réfugier dans les pays voisins. Juba dépend des recettes pétrolières pour financer 98% de son budget, mais la production de l'or noir a considérablement diminué en raison de la guerre passant de 350.000 barils par jour en 2013 à 130.000 actuellement. La plupart des exploitations pétrolières de la région septentrionale du Nil du Nord sont d'ailleurs fermées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :