Ngozi Okonjo-Iweala, présidente du Nigeria ? : « Je ne cherche pas le pouvoir »

 |   |  591  mots
(Crédits : Reuters)
Quand on lui demande si, forte de son expérience, elle serait tentée de briguer la présidence de la République du Nigeria, Ngozi Okonjo-Iweala répond par la négative.

Un CV en béton, des bilans ministériels qui font l'unanimité sur son sérieux et son expertise, un passage par la Banque mondiale marqué dans les annales de l'institution de Bretton Woods, une influence mondiale grâce à des fonctions stratégiques au sein d'entreprises et institutions internationales, sans parler de son charisme légendaire, Ngozi Okonjo-Iweala a tout pour prétendre à la présidence de la République au Nigeria.

Mais à 64 ans, l'ex-ministre des Finances qui a révolutionné la gestion de la chose publique dans ce pays d'Afrique de l'Ouest -classé 148e sur 180 pays à travers le monde dans le baromètre de la corruption par Transparency- n'en veut pas plus.

«Je suis libre. Alors, puis-je m'amuser un peu ?»

Présente en guest star au WIA Summit à Marrakech vendredi 28 septembre -après avoir passé la nuit à l'aéroport pour avoir voyagé avec un passeport de l'Union africaine- la question lui a été directement posée on stage lors d'une interview menée par Hafsat Abiola, la présidente de WIA Initiative. Et sa réponse laisse clairement entendre que cette experte en stratégie économique et financière n'a -pour l'instant en tout cas- pas d'ambition présidentielle au Nigeria où les prochaines élections sont prévues pour février 2019 :

WIA

«J'aime mon pays. Parfois je me demande même pourquoi j'aime autant ce pays, le Nigeria,... A vrai dire, je ne peux l'expliquer. C'est pour cette raison que je suis venue servir [ lorsque le président Olesegun Obanjo lui a fait appel, NDLR].

Mon sentiment aujourd'hui est celui-ci : j'ai servi pendant sept difficiles années. Je n'étais pas là parce que je recherchais le pouvoir ou le poste. Pour moi, c'était un engagement à faire en sorte que demain, si mes petits enfants me parlent des problèmes du Nigeria, que je puisse les regarder dans les yeux et leur dire : ''J'ai fait de mon mieux [pour aider mon pays]''. Aujourd'hui, je suis libre. Je n'ai pas besoin de me lever le matin pour chercher à savoir qui a dit quoi ou qui a fait quoi. Alors, puis-je m'amuser un peu ?»

La question se pose donc, car depuis qu'elle a quitté le gouvernement, Ngozi Okonjo-Iweala devient une candidate évidente pour la présidence du Nigeria, aux yeux de nombreux de ses compatriotes. Lesquels n'hésitent pas à l'interpeller même sur les réseaux sociaux. Selon en outre des révélations faites en avril dernier par un proche d'Olesegun Obasanjo, l'ex-président de la République aurait conditionné en 2011 son soutien à la candidature de Muhammadu Buhari par l'enrôlement d'Okonjo-Iweala en tant que vice-présidente.

A fond dans le secteur privé

Son livre, Fighting Corruption is Dangerous [Lutter contre la corruption est dangereux] est sortie le 13 avril 2018. Elle y revient sur ses victoires, évoquant également les risques encourus en combattant ce fléau dans son pays, avec notamment le kidnapping de sa mère de 83 ans suite à sa décision -sur consentement du président de la République- de supprimer une subvention frauduleuse de 1,5 million de dollars au bénéfice d'une société importatrice. Une publication qui renforcerait sa légitimité en tant qu'éventuelle candidate à la présidence du Nigeria.

Cependant, celle qui est devenue depuis juillet dernier la première personnalité africaine à siéger au conseil d'administration de Twitter -qui conseille le groupe financier mondial Lazard, qui préside le conseil d'administration de GAVI Alliance et copréside la Global Commission for the Economy and Climate- n'en a pas fini avec le secteur privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :