Yoweri Museveni : « J'aime Trump parce qu'il parle avec franchise aux Africains »

Le chef d’Etat ougandais a publiquement fait part de son admiration pour Donald Trump. Malgré le tollé provoqué par les déclarations attribuées au président américain sur les pays africains, Haïti et le Salvador, Youweri Museveni estime que Trump a été « franc » avec les Africains. Avec des arguments à l’appui, les propos du président ougandais ne manqueront pas de susciter une nouvelle polémique sur le Continent.
(Crédits : Reuters)

Alors que les propos attribués au président américain à l'endroit des pays africains continuent de susciter une vague d'indignation sur le continent et au-delà, Yoweri Kaguta Museveni n'a pas hésité à déclarer que Trump «parle franchement aux Africains». Une déclaration annoncée par le président ougandais en début de semaine devant les membres du Parlement des pays d'Afrique de l'Est (AEC) qui tenait sa réunion à Kampala, la capitale ougandaise.

Pour Museveni, «l'Amérique a l'un des meilleurs présidents de tous les temps. M. Trump. J'aime Trump», a-t-il déclaré.

«J'adore Trump parce qu'il parle franchement aux Africains. Je ne sais pas s'il a été mal cité ou quoi que ce soit, mais quand il parle, je l'aime parce qu'il parle franchement.(...). Si vous regardez l'Afrique, l'Afrique fait douze fois la taille de l'Inde, en termes de superficie, beaucoup de ressources, et sa population est en croissance. Pourquoi ne pouvons-nous pas rendre l'Afrique forte?», a ajouté Yoweri Museveni.

Des propos que le président ougandais tient à assumer en s'appuyant sur ces propres arguments. « C'est la faute des Africains s'ils sont faibles. Ils ont cet immense Continent et ils devraient donc être plus forts».

Nouvelle polémique

La vidéo de l'allocution du président ougandais, du haut de la tribune où se tenait l'évènement, a été aussitôt relayée par les médias du pays et a fait le tour du web suscitant divers commentaires. Si certains s'accordent à reconnaître à Trump le mérite d'être un «un homme qui parle avec franchise, peu importe les réactions des autres», d'autres mettent en avant le mérite du président ougandais d'avoir déclaré tout haut ce que beaucoup d'Africains pensent tout bas des déclarations attribuées à Trump.

Les dires du président américain ont en effet provoqué un véritable tollé sur le Continent et plusieurs chefs d'Etat se sont joints à l'indignation généralisée contre les propos que le président Trump n'a jamais assumés. Le 45e président des Etats-Unis a toutefois reconnu que même s'ils n'ont pas été bien rapportés, les propos qu'il a tenus «étaient certes très durs».

Le président Museveni a lui-même été accusé de n'être pas le mieux placé pour donner des leçons de morale au regard de son parcours politique, en particulier ses années à la tête du pays. En poste depuis 1986, puis réélu en 2016, Museveni vient, encore une fois, de faire repousser, par le Parlement, la limité d'âge qui l'empêchait jusque-là de briguer un  sixième mandat à la tête du pays.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 25/01/2018 à 18:19
Signaler
Peu africains sont dans le traitement positif du choc des paroles de Trump... la parole habituelle est a la victimisation du pov' homme noir , la fameuse 'indignation' de nos chefs d'état... Alors qu'il n'y a pas plus indigne que les agissements pe...

le 25/01/2018 à 20:18
Signaler
J approuve ton commentaire a 100%

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.