Ce soutien au Niger qui booste la popularité de Seïf Al-Islam

Le «capital sympathie» de Seïf Al-Islam dépasse les frontières libyennes et même le cloisonnement tribal. Recherché par la CPI, désigné comme «l’homme-clé» pour un règlement du conflit libyen, le dauphin putatif de Mouammar Kadhafi est désormais appuyé par un comité de soutien composé des membres de la diaspora libyenne réfugiée au Niger. Le début de l’échafaudage de sa machine pour la reconquête du pouvoir en Libye ?
Ibrahima Bayo Jr.

3 mn

Au moins de novembre 2011, Seïf Al-Islam est capturé par des éléments de la milice de Zintane dans le sud de la Libye, près d'Obari, une localité située au sud-ouest de l'oasis de Seb.
Au moins de novembre 2011, Seïf Al-Islam est capturé par des éléments de la milice de Zintane dans le sud de la Libye, près d'Obari, une localité située au sud-ouest de l'oasis de Seb. (Crédits : Reuters)

Et si Seïf Al-Islam était l'architecte de la renaissance de la Jamahiriya en Libye ? Hors des frontières libyennes, la popularité du second fils de Mouammar Kadhafi grimpe. Au Niger, des réfugiés libyens ont monté un comité de soutien au nom du second fils de Mouammar Kadhafi. Ils sont soutenus par des Nigériens, notamment des étudiants de Niamey séduits par les «grands projets africains» de Mouammar Kadhafi.

Le comité de soutien, caisse de résonance pour un rôle politique de Seïf Kadhafi?

Dans l'agenda de ce comité de soutien, des manifestations et actions de sensibilisation en soutien à Seïf Al-Islam au Niger. Petite cocasserie de l'Histoire, alors que le régime tombe à la mort de son père, Seïf Al-Islam, qui se faisait passer pour un chamelier afin de rejoindre le Niger, est capturé à la frontière nigéro-libyenne après avoir été trahi par son guide. Il passera cinq années dans les geôles de la milice de Zintane.

Lorsqu'il annonce la libération de Seïf Al-Islam, le colonel Ajmi Al-Atiri, responsable des prisons de la milice Zintane, indique que le jeune homme de 44 ans «jouit encore d'une grande popularité dans son pays et aura un important rôle à l'avenir». La machine est-elle déjà en marche pour installer Seïf Al-Islam dans ce rôle ? Bien avant sa libération, Seïf Al-Islam avait été désigné, fin 2015, comme le chef du Conseil suprême des tribus libyennes c'est-à-dire comme le représentant légal des tribus largement kadhafistes.

Pour certains observateurs, en dépit du mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) qui réclame sa tête, cette auréole tribale le place comme l'homme-clé pour arbitrer le duel entre Khalifa Haftar et Fayez Al-Sarraj. Plus loin, Seïf Al-Islam est présenté comme l'homme de la réconciliation et de la résolution du conflit en Libye.

Un plan plus large pour la reconquête du pouvoir par Seïf Al-Islam

En plus de sa casquette tribale, Seïf Al-Islam a les poches pleines. Selon le Times, l'homme aurait un accès direct à 20 milliards dollars qui échappent au gel des avoirs Kadhafi décrété par l'ONU, pour une fortune familiale estimée à quelque 300 milliards de dollars.

Dans une interview accordée à Libération fin 2016, Tahar Dahech, responsable des comités révolutionnaires internationaux sous Kadhafi, indiquait que dans les cercles militaires comme dans les camps de Haftar ou d'Al-Sarraj, Seïf Al-Islam avait des soutiens qui se prépare à son retour.«tout est en place pour un soulèvement populaire [...] Nous, nous avons des groupes dans les principales villes qui préparent la population à notre retour», a révélé Tahar Dahech.

«Nous avons des partisans prêts à venir nous aider de l'extérieur, notamment des pays africains. Sans compter tous les Libyens exilés en Egypte, en Tunisie et ailleurs, c'est au moins 3 millions de personnes dont beaucoup sont de notre côté, car ils ont vécu une expérience amère depuis six ans. Quand le moment sera favorable, nous lancerons l'ordre du combat populaire», ajoute le coordonnateur.

Le comité de soutien lancé au Niger entre-t-il dans le cadre de ce vaste plan de reconquête du pouvoir ? Ce comité est-il un pilote appelé à être dupliqué dans d'autres pays où ce qui reste de la diaspora libyenne est réfugiée ? Difficile de répondre sans réserve à ces questions. En tout cas, tout est en place pour que Seïf Al-Islam que l'on dit réfugié en Russie -en Egypte pour d'autres- prenne une revanche sur l'Histoire.

Ibrahima Bayo Jr.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/07/2017 à 14:39
Signaler
Salut tout le monde. en ce qui concerne Seif Al Aslam Khadafi, je crois que tout ce qui lui ait arrivé lui donnera ou lui sera d'une éducation sans fin. Car le pouvoir est une drogue très dangereuse qui mène à la mort. Personnellement,je ne souha...

à écrit le 12/07/2017 à 20:42
Signaler
Remplacer des dictateurs par de nouveaux dictateurs ? L'Afrique vaut mieux que ça.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.