Diaporama Profession, frère ou sœur de chef d’Etat en Afrique !

3- Saïd Bouteflika, le «Président Bis»

Son grand-frère est presque un père de substitution pour lui. Lorsque leur père décède, Saïd qui n'a qu'un an, grandit avec pour seule figure masculine son frère Abdelaziz dans cette vaste fratrie alors en exil à Oujda au Maroc. C'est dire que c'est dans une famille très tôt soudée et modeste qu'il grandit. A contrario de l'ombre imposante de son frère Abdelaziz qui choisit la politique, le benjamin Saïd choisit l'informatique comme voie de prédilection. Titulaire d'un doctorat de l'Université Pierre-et-Marie-Curie en France, il fait carrière dans l'enseignement, loin de son ministre des Affaires étrangères disgracié de frère qui a choisi les tortueux chemins de la lutte politique. Lorsque Abdelaziz entre au Palais de la Mouradia, le jeune Saïd qui a déjà baigné dans le militantisme des enseignants, parle peu et observe beaucoup. Un effacement en trompe-l'œil qui lui permet, du haut de son poste officieux de chargé du service informatique de la présidence, de scanner l'appareil d'Etat et d'y identifier les acteurs de poids. Infiltré dans le cercle présidentiel, il phagocyte tour à tour Ali Benflis et Larbi Belkheir et plus tard le puissant général Mohamed Mediène, dit «Toufik». Saïd Bouteflika supplante ces puissants faucons du Palais et prend toute leur place dans la chaîne de décisions. Dans la foulée des problèmes de santé du président, Saïd entreprend une réorganisation des ressources humaines, rajuste l'agenda du président et joue l'entonnoir pour toutes les décisions de son frère. Longtemps fantasmée, son ambition de succéder à son frère, frappé par un AVC, se révèle au grand jour avec la création du Rassemblement pour la concorde nationale (RCN). Le projet est mis en stand-by à cause du «printemps arabe», puis remodelé. Dans les couloirs de la Mouradia, Saïd Bouteflika, 59 ans, tente désormais de tisser sa toile en direction des citoyens lambda en tentant de se rapprocher des islamistes et des classes populaires. Mais sur la route qu'il se trace vers le fauteuil présidentiel, il pourrait avoir accumulé assez d'ennemis qui seront déterminés à lui barrer la route.  (Crédits : DR)

La Tribune Afrique 7 images

Pour fonder une dynastie politique en Afrique, on connaissait la technique contestée des présidents d'initier leurs fils ou filles aux affaires étatiques pour les préparer à occuper le fauteuil sous le dais présidentiel. Sans forcément nourrir cette ambition, certains frères et sœurs de président ont dérivé cette technique et tirent même les ficelles politiques et économiques de leur pays.

Autres diaporamas

voir plus de diaporamas