Côte d'ivoire  : Jean-Marie Ackah s'installe à la tête du patronat

 |   |  331  mots
(Crédits : DR)
La Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI) a un nouveau Président depuis vendredi. Il s'agit de Jean-Marie Ackah qui a pris la suite de Jean Kacou Diagou. C'était lors de l'Assemblée générale ordinaire de la CGECI présidée par le ministre ivoirien, de l'industrie et des mines, Jean Claude Brou. Mesurant le poids de la mission qui lui a été confiée, le nouveau responsable du patronat ivoirien a annoncé qu'il privilégierait la concertation pour redynamiser l'organisation.

Arrivé vendredi à la tête du patronat ivoirien à la suite de son élection le 27 octobre dernier, Jean-Marie Ackah a noté que la CGECI a enregistré de nombreuses avancées. L'homme d'affaire s'est engagé à fédérer les énergies positives pour relever les nouveaux défis. « Je place mon mandat sous le signe de la concertation », a-t-il dit. Jean-Marie Ackah qui déclinera sa vision et son plan d'action dans les prochains jours annonce qu'il achèvera la révision des textes de l'organisation.M. Ackah succède ainsi à Jean Kacou Diagou qui aura passé 11 ans à la tête du patronat. M. Diagou qui abordait son bilan a regretté de ne pas avoir pu achever le toilettage des textes demandé à l'issue de notre Assemblée générale de septembre 2014. « Votre demande était légitime, car notre organisation a subi de profondes mutations dont la principale fut l'adhésion directe des entreprises, alors que l'entrée dans cette faîtière qu'était, à l'origine le CNPI devenu CGECI, n'était exclusivement réservée qu'aux seuls groupements », a-t-il dit.

Un nouveau souffle au patronat ?

L'équipe de Jean-Marie Ackah a pour de démocratiser le patronat ivoirien et capitaliser sur les résultats du bureau Jean Kacou Diagou. En effet, au cours de ces 11 années 149 entreprises et 9 associations ont pu adhérer directement à la CGECI alors que le nombre des groupements passait de 9 à 10. Ces entreprises qui ont adhéré directement à la CGECI totalisent 351 millions de Francs CFA de frais de cotisation avec un taux de recouvrement de 91% contre 100 millions de Francs CFA pour les groupements. Selon les comptes, l'ensemble des cotisations des adhérents s'élève à 490 millions de Francs CFA. Les entreprises qui ont adhéré directement à la CGECI ont contribué à hauteur de 72%, contre 20% pour les groupements et 8% pour les associations. Toutefois, ces cotisations ne contribuent que partiellement au financement des activités de l'organisation et des investissements. Le reste est complété par la taxe spéciale d'équipement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :