Sécurité nucléaire  : une nouvelle charte de coopération entre le Sénégal et les pays du G5 Sahel

Avec le soutien de l'Agence internationale de l'énergie atomique, le Sénégal et les pays membres du G5 Sahel viennent d'acter, ce mercredi à Nouakchott, une charte donnant naissance à une coopération régionale dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaire.
L'aspect transfrontalier et de coopération intra-régionale revêt une grande importance dans la prévention contre les actes illicites de transport ou de transfert de substances nucléaires.
L'aspect transfrontalier et de coopération intra-régionale revêt une grande importance dans la prévention contre les actes illicites de transport ou de transfert de substances nucléaires. (Crédits : Reuters)

La Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, pays membres du G5 Sahel viennent de sceller un nouvel acte de coopération dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaire. Les six pays ont en effet signé ce mercredi dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, une charte ouvrant la voie à un forum de coopération régionale dans les domaines précités. Signé par le président de l'Autorité mauritanienne de radioprotection, de sûreté et de sécurité nucléaires, Saleh Ould Moulaye Ahmed, et ses homologues du Sénégal et des quatre autres pays membres du G5 Sahel, cet important instrument bénéficie du soutien de l'Agence internationale d'énergie atomique (AIEA).

D'après les sources proches du G5 Sahel, la charte vise à unifier les efforts et les moyens pour contrôler l'interdiction du transport des matières radioactives, contrer tout usage illégal de ces matières, mais aussi de renforcer la sûreté nucléaire entre les pays signataires.

Notons que la signature de document est intervenue à l'occasion de la clôture des travaux du forum des autorités et organismes nationaux chargés de la réglementation en matière de sûreté et de sécurité nucléaires.

Ouvert mardi dernier en Mauritanie, l'évènement a été l'occasion de rappeler les formes de coopération visant à renforcer le contrôle des mouvements transfrontaliers des matières nucléaires et radioactives, ainsi qu'à partager les informations d'ordre sécuritaire dans ces domaines.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.