Algérie : les signes d'une reprise des expulsions de migrants se multiplient

 |   |  461  mots
(Crédits : Reuters)
La grande vague d’expulsion de septembre-octobre 2017 avait provoqué un tollé dans les pays d’origine des migrants africains expulsés. Cette fois-ci, les autorités algériennes ont tenté de faire discret. Depuis ce mercredi 24 janvier, l’Algérie procède à une grosse opération d’arrestations de migrants issus du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Liberia, de la Guinée et du Niger. Regroupés dans un camp à Zéralda, dans la banlieue ouest d’Alger, ils risquent l’expulsion vers le Niger.

Le scénario est resté le même en Algérie. Une escouade de policiers effectue des descentes dans les chantiers, les transports en commun et les lieux publics. Le but de cette opération de grande envergure menée depuis ce mercredi 24 janvier ?

Contrôle de régularité ou rafles contre les migrants subsahariens ?

Des opérations de contrôle d'identité selon certains. Des rafles ciblées contre des migrants subsahariens qui ont été transportés dans des commissariats pour un relevé d'empreintes et des vérifications d'identité et de la régularité du séjour. C'est en tout cas ce que confirme une source humanitaire jointe au téléphone par La Tribune Afrique.

Depuis quarante huit heures, près d'une centaine de migrants originaires du Niger, de la Guinée, du Cameroun, de la Côte d'Ivoire et du Liberia ont été interpellés lors de ces opérations de police pour être conduits dans le camp de Zeralda, dans la banlieue ouest d'Alger. Difficile de décrire avec précision leurs conditions de confinement dans ce camp surveillé par des gendarmes algériens, sous assistance du Croissant Rouge. Qu'y risquent-ils ?

Au mieux, d'être relâchés avec un ordre de quitter le territoire algérien lorsqu'ils sont en situation d'irrégularité. Au pire, leur sort sera le même que les 2000 migrants subsahariens expulsés en octobre 2017. Embarqués dans des bus, ils seraient alors expulsés vers le Niger qui ne peut refuser au nom des règles de libre circulation des personnes au sein de l'espace CEDEAO.

Des arrestations qui annoncent une autre vague d'expulsions

Les autorités n'ont encore fourni aucune explication officielle. Mais la vague d'expulsions d'octobre 2017, guidée par un « profilage ethnique » en violation des droits de l'Homme  selon Amnesty international, avait été justifiée par des raisons sécuritaires. Le traitement des migrants lors de ces expulsions avait motivé les protestations du Mali qui avait réclamé une enquête auprès des autorités algériennes.

Lire aussi : Expulsion de 2.000 subsahariens d'Algérie : un « profilage ethnique », selon Amnesty International

Même si d'autres raisons sont à invoquer, la reprise de ces expulsions corrobore également les raisons qui ont guidé le rappel d'Ousmane Diao Baldé, l'ambassadeur de Guinée à Alger. Une mesure diplomatique décidée par Alpha Condé en protestation d'expulsions d'Africains par un autre pays africain.

Même si peu de bruits notamment dans la presse, entoure ces arrestations de migrants subsahariens, l'affaire devrait être discutée dans les coulisses du 30ème Sommet de l'Union africaine (UA), prévue ce week-end. Alger fournira peut-être à ce moment des explications et des garanties au moment où l'UA veut mettre sur les rails, le projet de libre circulation sur le Continent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2018 à 13:01 :
Mon entreprise vient de me proposer d'aller en Algerie. Je suis noir, Ivoirien, marie legalement et pere de famille.Dois-je refuser ? Parce que les algeriens pensent que malgre mon status legales et mes annees d'experience je dois "aller developper mon pays?" Vais-je me faire expulser meme si jai le droit d'y rester legalement et ayant fait plusieurs pays avant cette opportunite je me suis tjrs attele a respecter les lois et les personnes du lieu ou je me trouve ?
a écrit le 29/01/2018 à 23:00 :
Dernièrement, la sécurité Algerienne avait arrêter des Africains noirs et un Libyen qui espionnaient pour israél et ceci a Ghardaia dans le sud .Il n'y a pas de racisme en Algerie mais trop de clandestins .
Réponse de le 30/01/2018 à 9:11 :
Le mot racisme ne veut rien dire, c'est juste un mot pour faire les peuples et leur faire accepter des populations insupportables de par leurs comportements et de leurs mœurs (drogues, sorcelleries, trafiques, prostitution, pédophilie ..). En Algérie, nous exigeons la reconduite de tous subsahariens (réguliers ou irréguliers) "dans des conditions Humaines" aux frontières voire en avions jusqu'à la porte de leurs maisons dans leurs pays. Tout ceux qui sont en Algérie sont des délinquants dangereux.
a écrit le 27/01/2018 à 23:13 :
Ces journalistes subsahariens ont désagréablement exagéré en s'occupant que de l'Algérie et des expulsions plus que légitimes de clandestins. Occupez vous de développer vos pays et restez chez vous. TOUS les pays procèdent actuellement aux expulsions des subsahariens, lisez un peu ...
a écrit le 26/01/2018 à 23:22 :
Apprenez à écrire le français, les bus c'est pour les transports urbains. Pour les grandes lignes ces messieurs dames du Niger et d'Afrique de l'Ouest jusqu'au Congo sont raccompagnés en cars pullman climatisés avec une soute pour les bagages, chose qui n'existe pas dans les bus.
Les autorités n'ont à fournir aucun motif pour justifier l'expulsion des mendiants accourus de toute l'Afrique non pas pour travailler ( une très faible minorité ) mais pour vivre sur le pays et sur l'habitant. Est ce que " Car tel est mon bon plaisir " vous semble suffisant?
L'Algérie ne marche pas à la culpabilisation et aux accusations de racisme, ça ne fonctionne pas chez nous.
a écrit le 26/01/2018 à 16:36 :
Les algériens ont en marre de ces migrants clandestins sub-sahariens, il faut voir leurs actes et actions en Algérie, il faut voir leur trafiques à outrance, leur errance pour la mendicité avec insistance et agressivité, il faut voir la grande escroqueries........ L'Algérie est un pays pauvre en voie d'émergence à peine, nos jeunes souffrent du chômage et ces peuples nous envahissent par millions, ça suffit ils restent chez eux et pensent à travailler leurs pays. Au lieu que ces femmes africaines noires se prostituent pour pondre des gosses chez nous en Algérie (on la voit sur la photo avec un gosse qui pour elles est une arme et bien NON) elles devraient rester calmes chez elles et élever leurs enfants dans la dignité, l'Algérie ne peut pas supporter toute la DELINQUANCE des peuples sahéliens, ils doivent e battre chez eux pour une vie descente. Ces medias africains noirs devraient arrêter d'aboyer sur l'Algérie qui expulse de plein droit ces clandestins.
Réponse de le 28/01/2018 à 9:46 :
@ Jughurta,
Ya aghyoul, il y a toujours des vendus dans ton genre bien au chaud dans leurs salons parisiens entre leur saucisson et leur pinard pour travailler à l'invasion de l'Algérie par les Subsahariens tout en crachant sur leurs compatriotes arabophones.
Je l'ai dis, les accusations de racisme ne prennent pas sur nous, ça c'est du discours de tes maitres à penser français.
Réponse de le 25/04/2018 à 8:49 :
Kahba
a écrit le 26/01/2018 à 16:12 :
Pourquoi vous shtroumpfez? Personne à ce jour ne sait pourquoi l'ambassadeur de Guinée a été rappelé, aucun communiqué de protestation n'a jusqu'à ce jour été publié, aucune Amnesty International n'a dénoncé quoi que ce soit au sujet des Guinéens en question, aucun groupe de Guinéens ne s'est fait entendre ces jours ci à ce qui aurait du être leur arrivée apocalyptique à Agadez. Si vous êtes dans le secret des dieux ce serait bien de nous informer au lieu de lancer des ragots colportés par les marocains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :