Forum Africa 2017 en Egypte : voici les chefs d'Etat et les CEO attendus à Charm el-Cheikh

 |   |  544  mots
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, saluant la foule entouré de sa garde rapprochée.
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, saluant la foule entouré de sa garde rapprochée. (Crédits : Reuters)
La ville égyptienne de Charm el-Cheikh accueille le Forum Africa 2017 les 7 et 9 décembre prochains. Si le secteur privé africain est très attendu à ce forum, six chefs d’État du continent prendront part à cet événement. Voici les personnalités africaines qui sont annoncées par les organisateurs.

En tournée africaine au mois d'août dernier, notamment en Tanzanie, au Rwanda, au Gabon et au Tchad, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a participé à tous les sommets de l'Union africaine depuis son arrivée au pouvoir en 2014, semble vouloir faire de l'Afrique l'une de ses priorités. L'édition 2017 du Forum Africa qui aura lieu les 7 et 9 décembre dans la station balnéaire de Charm-el-Cheikh, en Égypte, s'inscrit dans cette vision.

Entrepreneurs et investisseurs

Au menu de cet événement de deux jours : 50 des entrepreneurs les plus prometteurs du continent ont été conviés pour présenter leurs activités à des investisseurs et à des fonds d'investissement. Le forum qui accorde « une place importante » au secteur privé africain accueillera des PDG et dirigeants de grandes entreprises africaines, notamment l'angolaise Isabel dos Santos, présidente du conseil d'administration d'Unitel Angola, Daniel Matjila, directeur général de la Public Investment Corporation, Ahmed Heikal, fondateur de Qalaa Holdings, Tony Elumelu, président d'UBA, et Vera Songwe, entre autres grosses pointures du secteur privé africain.

« Le secteur privé peut jouer un rôle important pour combler le déficit d'infrastructure qui se chiffre à 93 milliards USD par an », « La participation du secteur privé est également essentielle dans le secteur de la fabrication. Le McKinsey Global Institute estime que l'Afrique pourrait doubler sa production manufacturière en l'espace de 10 ans, ce qui permettrait de créer entre 6 millions et 14 millions d'emplois et stimulerait la croissance du PIB africain », a estimé Heba Salama, directrice de la Regional Investment Agency (RIA) de la COMESA .

Six chefs d'Etats africains parmi les invités

A côté de ces chefs d'entreprises, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, le Président guinéen Alpha Condé, actuel président de l'Union africaine participera au forum, de même que les Présidents tchadien, Idriss Deby, ivoirien, Alassane Ouattara, rwandais, Paul Kagame, comorien, Azali Assoumani et somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed, sont également attendus dans Charm el-Cheikh selon les organisateurs. Ainsi, deux tables rondes présidentielles, où des dirigeants d'affaires discuteront ouvertement de politiques avec les Présidents africains présents afin de contribuer à créer un climat plus propice aux affaires, sont également prévues. Si pour cette seconde édition, le secteur privé africain est à l'honneur, le Forum, organisé par le ministère égyptien de l'Investissement et de la Coopération internationale et l'Agence régionale des investissements (RIA), met également l'accent sur l'importance d'une meilleure collaboration intra-africaine.

« Le commerce intra-africain est un atout précieux pour la stratégie de croissance économique de l'Égypte et de l'Afrique », a indiqué pour sa part Sahar Nasr, ministre égyptienne de l'Investissement et de la coopération internationale.

Et le membre du gouvernement égyptien de préciser : « Pour la stratégie de croissance égyptienne, le commerce intra-africain demeure un facteur important. Bien que les marchés européens et nord-américains dominent les activités commerciales de l'Égypte, nous sommes proches des marchés africains et nous avons des accords commerciaux avec des nations africaines. L'Égypte a vu une augmentation de ses échanges avec l'Afrique du Nord, en particulier le Maroc, l'Afrique de l'Est, notamment le Kenya, l'Afrique du Sud et le Soudan ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :