Le président togolais Faure Gnassingbé prend les rênes de la CEDEAO

 |   |  490  mots
(Crédits : Reuters)
Le chef de l'Etat Togolais Faure Essozimna Gnassingbé a été porté ce dimanche par ses pairs à la tête de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO). C'était à l'occasion du sommet de l'institution à Monrovia, où le nouveau président a promis d'œuvrer pour plus d'intégration et de mobilité économiques.

Faure Gnassingbé, le président de la République Togolaise est le nouveau président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO). Le numéro 1 togolais a été élu par les présidents des Etats membres ce dimanche 4 juin 2017, à l'issue du sommet de l'institution qui s'est tenu dans la capitale libérienne Monrovia. Le président togolais s'est engagé pour plus d'intégration entre les pays de la zone et aussi plus de mobilité économique dans l'espace CEDEAO.

« Il nous faut maintenant opérer des sauts qualitatifs vers notre objectif unique qui est de faire de notre organisation une Cédéao des peuples. Il nous faudra sans plus tarder enlever les dernières barrières au brassage et à l'imbrication de nos populations, responsabiliser notre jeunesse en encourageant sa mobilité économique dans l'espace régional, mettre à contribution nos hommes d'affaires, mettre à profit notre potentiel démographique, miser sur l'agriculture et l'industrialisation », a confié le chef d'Etat togolais Faure Gnassingbé.

Pour lui, il s'agit de défis que les dirigeants doivent relever ''ensemble'' pour le bien-être des populations ouest-africaines. C'est la première fois que le président togolais prend ce poste depuis son élection en 2005. Il succède ainsi à la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, à la présidence tournante de la CEDEAO. Mme Sirleaf dont le parcours à la tête de l'Etat libérien s'arrête dans quelques mois, quitte la tête de l'organisation avec un bilan positif. Dans sa dernière intervention, elle a salué la contribution des forces de l'organisation régionale, chargées du maintien de la paix, dont plusieurs ''ont fait le sacrifice ultime de leur vie''. L'ancienne présidente en exercice de la CEDEAO a aussi encouragé son successeur à poursuivre les efforts dans le rôle classique de la ''restauration de la paix à la suite d'une crise interne''.

Israël, un parrain de la présidence de Faure Gnassingbé ?

L'élection du président Togolais à la tête de la Communauté sous-régionale s'est faite en présence de Benjamin Netanyahu, le premier ministre israélien. Justement, en octobre prochain, sur l'initiative des deux pays, Israël et le Togo, se tiendra à Lomé le sommet Africa Israël Connect, une rencontre qui mobilisera toute l'Afrique et dont le but est de participer au rapprochement des relations politiques et économiques entre Israël et le continent africain.

Invité par la commission de la CEDEAO à participer au sommet dans le but de renforcer les relations judéo-africaines, le dirigeant israélien a expliqué qu'il s'agissait d'un vieux rêve pour lui. « Je crois en l'Afrique, je crois en son potentiel, présent et futur. C'est un continent ascendant », a déclaré le premier ministre. Il s'est réjoui d'un certain ''changement d'attitude'' envers son pays dans le monde et a confié souhaiter voir Israël reprendre son statut d'Etat observateur auprès l'Union africaine (UA), perdu en 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :