Nigeria : un proche de Buhari dans les mailles du filet anti-corruption

La lutte anti-corruption au Nigeria ne cesse de faire tomber de nouvelles têtes. Cette fois-ci, c'est Paul Tarelah Boroh, conseiller spécial du président Muhammadu Buhari sur le Delta du Niger qui vient d'être arrêté, après la supposée saisie, encore niée par son épouse, Ibinye Boroh, de pas moins de 9 millions de dollars à son domicile.
Selon la presse locale nigériane, la perquisition lundi dernier au domicile de Paul Tarelah Boroh a permis la saisie de 9 millions de dollars. Une information démentie par son épouse, Ibinye Boroh, ce mercredi 21 mars 2018.
Selon la presse locale nigériane, la perquisition lundi dernier au domicile de Paul Tarelah Boroh a permis la saisie de 9 millions de dollars. Une information démentie par son épouse, Ibinye Boroh, ce mercredi 21 mars 2018. (Crédits : DR.)

«La corruption n'aura pas de place dans mon administration», promettait le président Muhammadu Buhari, au lendemain de on élection à la tête de la République fédérale du Nigeria, un pays gangrené par le fléau. La promesse sera tenue. Depuis, plusieurs personnalités, notamment politiques, impliquées dans des faits de corruption, seront appréhendées pas la justice.

Ce lundi 19 mars d'ailleurs, le conseiller spécial sur le Delta du Niger, Paul Tarelah Boroh, a été interpellé par les agents de sécurité avant que son domicile ne soit soumis à une perquisition, le lendemain mardi 20 mars vers 3h du matin.

9 millions de dollars découverts au domicile du conseiller...

Selon une source sécuritaire citée par la presse locale, une équipe conjointe de la Commission nigériane contre les délits économiques et financiers (EFCC) et du Bureau du conseiller national pour les Affaires de sécurité (ONSA) a découvert au domicile de Tarelah Boroh à Gwarinpa (Abuja) pas moins de 9 millions de dollars.

«L'ancien conseiller a été conduit à son domicile dans une voiture banalisée après son arrestation. Sa maison a été fouillée pendant plusieurs heures et environ 9 millions de dollars ont été découverts dans plusieurs coffres dans plusieurs parties de la maison», a révélé la même source en précisant que «l'équipe conjointe de l'EFCC et de l'ONSA a effectué une perquisition très minutieuse et fouillé son domicile de fond en comble y compris le placard de sa femme. L'argent récupéré a été déposé au bureau de la NSA». Pourtant ce mercredi, Ibinye Boroh, l'épouse de Tarelah Boroh, a fortement démenti dans une déclaration relayée par l'Agence de presse nigériane NAN, la saisie d'argent à leur domicile, sans pour autant nier l'opération de perquisition effectuée par les services de sécurité.

L'antécédent des frères Tumsah

Jugée partiale à ses débuts, la lutte anti-corruption de l'Administration Buhari a fini par arrivé au camp du président nigérian et de son gouvernement. D'ailleurs, Paul Tarelah Boroh n'est pas le premier proche du président Buhari à être appréhendé par la justice dans une affaire du genre.

Le 8 février dernier, Ibrahim Tumsah, directeur financier pour le ministère nigérian du Travail, de l'énergie et du logement, et son frère Tijani Tumsah, membre du comité présidentiel pour la gestion de la crise dans le nord-est du pays, région où sévit Boko Haram, avaient été inculpés par la Cour de justice nigériane.

Les deux hommes avaient été accusés de fraude alors que les perquisitions effectuées à leurs domiciles révélaient la présence de biens non déclarés, tels que 86 voitures de luxe, dont 23 véhicules blindés, ainsi que cinq titres de propriétés.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.