La corruption fait perdre à l'Afrique le quart de son PIB

 |   |  452  mots
148 milliards de dollars sont drainés hors du continent par diverses formes de corruption, ce qui représente environ 25% du PIB moyen de l'Afrique.
148 milliards de dollars sont drainés hors du continent par diverses formes de corruption, ce qui représente environ 25% du PIB moyen de l'Afrique. (Crédits : Reuters)
La corruption liée à diverses activités frauduleuses en Afrique, fait perdre chaque année une somme de 148 milliards de dollars, a dénoncé ce jeudi la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, Vera Songwe. Selon la responsable, ce montant représente environ 25% du PIB moyen de l'Afrique.

Les impacts de la corruption sur l'économie africaine sont importants. D'après la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), Vera Songwe, elle est l'origine de pertes financières importantes sur le continent.

«148 milliards de dollars sont drainés hors du continent par diverses formes de corruption, ce qui représente environ 25% du PIB moyen de l'Afrique», a-t-elle détaillé, ajoutant que la corruption est la principale source des flux financiers illicites qui drainent d'énormes ressources du continent vers l'extérieur.

Intervenant dans le cadre de la 32e session ordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA) à Addis-Abeba, Mme Songwe qui a cité un rapport du groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites (FFI), un organisme dirigé par l'ancien chef de l'Etat sud-africain Thabo Mbeki, a aussi indiqué que le continent africain perd entre 50 et 80 milliards de dollars par an en raison des flux financiers illicites.

Une situation déplorable pour la secrétaire exécutive de la CEA qui rappelle que l'Afrique a besoin de ces fonds.

«Pour un continent qui a désespérément besoin de ressources financières substantielles pour répondre à ses importants besoins de développement, notamment pour combler son énorme déficit d'infrastructures, une perte considérable de ressources financières à travers diverses formes de corruption est certainement quelque chose qui doit être combattu avec force et fermeté», a exhorté Vera Songwe.

Un point de vue partagé par les dirigeants africains. En décembre 2015, sur la base des mêmes constats, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, expliquait que ces fonds «auraient dû être affectés aux secteurs de l'éducation, de la santé, de l'eau et de l'assainissement. Partout où vous avez une corruption massive, le développement est en retard».

Prévention capitale

«La détection de la corruption est importante, mais sa prévention est aussi capitale. Il est donc dans l'intérêt de l'Afrique de prévenir la corruption afin de stimuler l'économie et le développement à travers le Continent», s'est exprimé Akinwumi Adesina. Tous les pays africains sont concernés par la corruption avec la plupart d'entre eux très mal classés dans l'indice de perception de la corruption de l'ONG Transparency International.

Sur ce terrain, les pays comme la Guinée-Bissau, le Tchad, le Kenya et le Nigeria, sont souvent les pires élèves. Pour l'Union africaine, une action collégiale est nécessaire. Lors de la 32e session de l'UA, le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat a souligné que l'année 2018 est appelée à être celle du «combat contre la corruption».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :