Burkina Faso : le business au ralenti après une série de tirs entendus à Ouagadougou

Des tirs ont été entendus ce vendredi au lever du soleil depuis le camp militaire, la radio et la télévision nationale ont cessé d’émettre, suscitant l’inquiétude. Commerces, banques, entreprises… ont fermé leurs portes.
(Crédits : Reuters)

Les Ouagalais ont eu un réveil confus ce vendredi matin. Vers 4h30, plusieurs tirs ont été entendus dans le camp militaire situé au sud de Ouagadougou et dans certains quartiers résidentiels. La radio et la télévision nationale n'émettent plus. Dans la foulée, les enfants et étudiants n'ont pas pris le chemin de l'école et de nombreux commerces, banques, entreprises sont restées fermés.

Habituellement bruyantes en raison des activités qui s'y mènent, les rues de la capitale burkinabè sont quasiment désertes aujourd'hui. Les militaires sillonnent la ville.

La situation suscite naturellement beaucoup d'inquiétude, d'autant que les signes de ce matin annoncent communément des moments sombres. L'entourage du président Damiba -contacté par France 24- tente de rassurer, évoquant « un mouvement d'humeur dû à des revendications corporatistes. Le président va bien, il est en sécurité ».

Alors que plusieurs redoutent le spectre d'un nouveau coup d'Etat après celui du 23 janvier dernier qui conduit à la chute de Roch Marc Christian Kaboré, menant au pouvoir le colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, la prudence reste de mise. Faut-il espérer désormais que le discours de l'entourage du président de la transition se confirme.

Un enlisement de la situation socio-politique dans ce pays ouest-africain porterait une nouveau coup dur son économie dans un contexte mondial et régional d'hypertension inflationniste et de chamboulement des chaines d'approvisionnement.

E-GOV : Quelles stratégies pour des services publiques performants ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.