Tunisie : ces dates qu'il faut retenir de la vie de Zine El Abidine Ben Ali

 |   |  907  mots
(Crédits : Reuters)
Président de la Tunisie de 1987 jusqu’à son éviction par la Révolution du Jasmin de 2011, Zine Abidine Ben Ali est décédé à l’âge de 83 ans à Djeddah en Arabie Saoudite où il s'était exilé après deux décennies de règne. Son inhumation devrait se faire dans le royaume wahhabite, selon des souhaits qu'il aurait exprimés dans un testament. Voici quelques dates clés de la vie de l'ancien président de la Tunisie.

«Contrairement aux rumeurs, Zine El Abidine Ben Ali n'est ni mourant ni agonisant. Il est juste malade». Véhémente dans sa sortie médiatique il y a une semaine, sa fille Halima avait coupé cours à toutes les rumeurs après l'annonce par l'avocat de l'ancien président de l'hospitalisation de son client.

La rumeur avait donné lieu à une sortie de Youssef Chahed, le Premier ministre sortant, qui évoquait un «cas humanitaire» si l'ancien président devait être transféré dans son pays natal.Ce transfert ne s'est pas fait puisque Zine El Abidine Ben Ali s'est éteint ce jeudi 19 septembre à Djeddah où la Révolution du Jasmin l'avait contraint à s'exiler en 2011. Son règne qui a profondément marqué la Tunisie, est ponctué de dates dont voici une sélection.

14 janvier 2011: le jour le plus long de la nouvelle Histoire de la Tunisie

La journée semblait interminable. En dehors du Palais de Carthage et de la résidence privée du chef de l'Etat, les bruits de bottes des soldats sont indéchiffrables. Les manifestants se radicalisent et font monter une clameur annonciatrice du chant de sirène d'une époque, d'un régime. A la cacophonie s'ajoute la propagation des rumeurs. Pour y mettre un terme, Zine El-Abidine Ben Ali prend la dernière décision d'instaurer un couvre-feu.

Convaincu par des membres de sa sécurité qui ont agité la menace d'un complot visant à l'assassiner, le chef de l'Etat décide d'embarquer avec son épouse Leïla Trabelsi et ses trois enfants à destination de Djeddah en Arabie-Saoudite. Après s'être assuré d'avoir l'autorisation de survoler la Libye et l'Egypte, il s'engouffre dans l'avion. Celui qui promettait des emplois, une ouverture politique aux manifestants espérait revenir pour gérer la situation. Ce 14 janvier, l'avion décolle à 17h. C'est la dernière fois qu'il verra le pays qu'il a dirigé pendant deux décennies. Une heure plus tard, Mohamed Ghannouchi s'est proclamé président par intérim.

7 janvier 2019: Dernière preuve de vie

Mort et enterré dans le plus grand secret ? Dans le coma en état végétatif depuis des mois après un AVC? Plus folles les unes que les autres, les rumeurs s'enchainent sur sa mort supposée sans que ni les membres de sa famille, ni son avocat n'y apportent un démenti formel. L'ancien président ronge son frein en attendant un timing précis

C'est le 7 janvier 2019, à une semaine de la huitième année de la Révolution qui l'a fait chuter que Zine El Abidine Ben Ali réapparaît. Ce jour-là à Djeddah même, la famille Ben Ali-Trabelsi célèbre le mariage de Nesrine Ben Ali avec le rappeur K2Rhym. Largement partagées, les photos ont donné lieu à toute sorte de commentaires. Mais la preuve est faite que la vieillesse et le cancer de la prostate pèsent sur l'apparence de l'ancien homme fort du Palais de Carthage. C'est sa dernière apparition publique.

2 avril 1989: Vainqueur de la première élection «libre» en Tunisie

Deux années après avoir poussé les portes du Palais, Ben Ali veut installer son pouvoir sur des fondations légales. Pour se démarquer de l'homme qu'il venait de démettre, il libère des détenus islamistes d'Ennahda qui attendaient dans le couloir de la mort. Sur le plan politique, l'ouverture n'est que feinte avec l'autorisation des centrales syndicales et des fédérations estudiantines. Dernière soupape pour évacuer la tension du règne finissant d'Habib Bourguiba, il autorise quelques partis de l'opposition.

Sans que l'on ne sache réellement si c'était un deal secret, ces actions lui permettent de dégager un consensus qui se révélera à la présidentielle d'avril 1989. Seul candidat en lice, il l'emporte avec le score soviétique de 99,2% des voix (taux de participation 76%). C'est la première élection «libre» en Tunisie depuis celle de 1947 qui permit de déclarer Bourguiba, «président à vie»

7 novembre 1987: L'inventeur du coup d'Etat par certificat médical arrive au pouvoir

Pour calmer son appétence pour le pouvoir, Habib Bourguiba avait fait de lui son Premier ministre. C'est le cric de pouvoir qui permettra à Ben Ali d'accéder au sommet de l'Etat. Nous sommes en 1987, le père de l'indépendance est usé par son règne de 30 ans. A 86 ans, il administre depuis sa résidence, un pays assis sur une poudrière de luttes, certes calmes, mais intestines. Sa succession qui tisonne les ambitions des uns et des autres ne s'annonce pas facile. Qui va l'emporter ?

Le plus téméraire de tous, Ben Ali passe à l'acte. Au petit matin du 7 novembre 1987, l'ancien ministre de l'Intérieur annonce la destitution du père de l'Indépendance. «Face à sa sénilité et à l'aggravation de son état de santé et nous fondant sur le rapport y afférent, le devoir national nous impose de le déclarer dans l'incapacité absolue d'assumer les charges de la présidence de la République», assure-t-il à la radio.

Aidé d'un comité de sept médecins militaires, Ben Ali avait réussi à faire attester de l'incapacité de son désormais prédécesseur: coup d'Etat par certificat médical. Partagées entre le soulagement et la tristesse, ni la communauté internationale ni l'opinion publique tunisienne ne s'en offusquent. Bourguiba est « exilé» de Carthage à Mornag puis, à Monastir où il finit ses jours. La suite de l'histoire est connue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :