Présidentielle en Tunisie : 26 candidats retenus à la succession de Béji Caïd Essebsi

 |   |  381  mots
(Crédits : Reuters)
Le critère du parrainage a fait un premier tri, celui de la caution financière a fait le reste. Après un examen des 97 dossiers de candidatures déposées, l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a dévoilé la liste des candidats retenus pour la présidentielle du 15 septembre prochain. L’organe chargée de l’organisation du scrutin anticipé organisant la succession de Béji Caïd Essebsi, décédé fin juillet, n’a accordé de ticket de participation qu’à 26 candidats.

Entre un ancien Premier ministre, un ancien président de la transition, un homme d'affaires qui surfe sur les sondages, la course pour le fauteuil du Palais de Carthage va être disputée. L'ISIE, la commission électorale indépendante tunisienne a fait un premier tri dans la pléthore de prétendants à la présidentielle anticipée du 15 septembre prochain.

A la clôture du dépôt, l'ISIE avait enregistré 97 dossiers de candidature. Après avoir épluché ces derniers et vérifié leur conformité aux critères légaux, ce chiffre est retombé à 26 candidatures retenues. Dans le détail, ce sont les dossiers de 57 candidats qui ont été refusés en raison de l'absence de parrainages.

La loi tunisienne exige en effet 10 000 parrainages de citoyens, 10 parrainages de députés, à défaut d'un minimum de 40 parrainages d'élus locaux. Par ailleurs, 14 candidats ont vu leur dossier recalé pour n'avoir pas pu s'acquitter de la caution de 10 000 dinars tunisiens (3 490 dollars) requise.

Deux femmes au milieu des 26 candidatures retenues

Parmi les candidatures validées, celles de deux femmes chefs de partis. Il s'agit de l'ancienne ministre du Tourisme, Salma Loumi, chef du parti Amal Tounes (Espoir de la Tunisie) et Abir Moussi, chef du Parti destourien, une ancienne proche de Zine el-Abidine Ben Ali. Dans le lot également Youssef Chahed, actuel chef du gouvernement et Abdelkarim Zbidi, actuel ministre de la Défense qui se présente en indépendant.

Mehdi Jomaa et Hamadi Jebali, deux anciens Premiers ministres font partie des candidats. Pour compléter la liste, Moncef Marzouki, ancien président de la transition, Abdelfattah Mourou, actuel président par intérim du Parlement et Nabil Karoui, homme d'affaires et propriétaire du média audiovisuel privé Nessma TV.

Petit espoir ouvert pour les recalés, ceux-ci peuvent déposer un recours à partir du 15 août et ce, jusque avant l'annonce de la liste finale des candidats qui sera dévoilée le 31 août prochain. Les 7 millions d'électeurs seront alors attendus aux urnes pour désigner le successeur de Béji Caid Essebsi, décédé le 25 juillet dernier, avant la fin officielle de son mandat. Son décès avait précipité l'anticipation de ce scrutin pour éviter une vacance du pouvoir à la fin de l'intérim.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :