Soudan : Des arrestations en marge de la médiation d’Abiy Ahmed

 |   |  442  mots
(Crédits : Reuters)
Les rangs des leaders de la contestation comme ceux des rebelles sont tous deux visés par des arrestations. Alors que le Soudan est suspendu de l’Union africaine (UA) après une violente répression de la contestation qui aura fait une dizaine de morts par balle, Abiy Ahmed, le Premier ministre éthiopien, a offert ses bons offices pour tenter de dénouer la crise entre le Conseil militaire de transition et la contestation. Mais les arrestations de personnalités qui ont rencontré le Premier ministre éthiopien risquent de compléter cette médiation.

Si les talents de médiateur d'Abiy Ahmed sont reconnus, son passage à Khartoum pour tenter de désamorcer la crise politique semble ne pas être du goût de tout le monde. Sa rencontre avec le Général Abdul Fattah Al-Burhane ce vendredi, a été suivie d'une série d'arrestations aussi bien dans les rangs de l'opposition que des rebelles soudanais par des hommes armés.

Arrestations dans les rangs des contestataires comme ceux des rebelles

Tard dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 juin, Mohamed Esmat, figure de proue de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC) qui mène le mouvement de contestation, est la première personnalité à en avoir fait les frais. «Lorsque nous sommes sortis de l'ambassade d'Ethiopie, une voiture avec des hommes armés s'est arrêtée, ils ont emmené Mohamed Esmat vers un lieu inconnu et sans donner d'explication», a expliqué à l'AFP Essam Abou Hassabou, une autre figure de l'ALC.

Les arrestations n'ont pas seulement visé les figures de la contestation qui a conduit à la chute d'Omar El Béchir. Dans la foulée de l'arrestation très décriée de Yasser Amran, le chef-adjoint du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N, acronyme en anglais), Ismaïl Jalab a quant à lui été arrêté très tôt ce samedi matin à son domicile à Khartoum. Transporté dans un lieu inconnu, le secrétaire général du SPLM-N aurait été arrêté par une milice paramilitaire. La même milice aurait procédé à l'arrestation de Moubarak Ardol, le porte-parole de cet ex-groupe rebelle actif dans les Etats de Kordofan méridional et du Nil Bleu.

Sérieux coup à la médiation d'Abiy Ahmed

Toutes ces personnalités font partie du lot des personnes qui ont rencontré Abiy Ahmed. Le Premier ministre éthiopien est arrivé ce vendredi 7 juin dans la capitale soudanaise pour une mission de bons offices après une violente répression en début de semaine d'un sit-in de manifestants par des forces de sécurité. La dispersion s'est soldée par des dizaines de morts et des centaines de blessés. L'ONU a d'ores et déjà annoncé qu'elle enverrait une équipe du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme pour observer les violations.

Perçue comme une dernière chance de mettre d'accord le Conseil militaire de transition(CMT) et la contestation, la médiation du Premier ministre Abiy Ahmed était perçue comme décisive pour la crise au Soudan après la suspension décidée par l'Union africaine(UA) suite à la violente répression. Ces arrestations viennent d'y porter un sérieux coup.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :