Rwanda-Ouganda : la mort de deux personnes à la frontière fait monter la tension

 |   |  488  mots
(Crédits : DR.)
Alors que deux personnes ont été tuées à la frontière entre les deux pays, le Rwanda et l'Ouganda sont entrés dans une escalade verbale depuis le week-end dernier. Kampala accuse les forces de sécurité rwandaises d'avoir violé son intégrité territoriale. Du côté de Kigali, naturellement, on rejette cette accusation que l'on juge infondée.

La mort de deux personnes, l'une ougandaise et l'autre rwandaise, tuées vendredi soir par les forces de sécurité rwandaises près d'un poste-frontière situé non loin des villes ougandaise de Kashekye et rwandaise de Tabagwe risque d'attiser les tensions entre les deux voisins, Rwanda et Ouganda, dont les relations n'étaient déjà pas bonnes. Dans un courrier adressé au ministère rwandais des affaires étrangères, le ministère ougandais des affaires étrangères s'est plaint d'une violation de l'intégrité territoriale de l'Ouganda. Le département d'Etat ougandais qui parle d'une violation de « plus de 50 mètres », a donné sa version.

Le chef de la diplomatie ougandaise a indiqué que le but visé par les forces de sécurité rwandaises était d'arrêter un Rwandais conduisant une moto chargée de marchandises qui souhaitait entrer au Rwanda mais a fait demi-tour ayant vu des soldats au poste-frontière. « La victime a résisté à son arrestation. Il a reçu une balle dans la tête et a été tué sur le coup », a informé le ministère ajoutant qu'un Ougandais qui a tenté de s'interposer a également été tué. « Le gouvernement ougandais proteste dans les termes les plus forts contre cette violation de son intégrité territoriale par des soldats rwandais ainsi que contre cet acte criminel, brutal et violent », a protesté le ministère ougandais.

Pas de leçons à recevoir

Ces déclarations des autorités ougandaises n'ont pas été bien reçues du côté de Kigali. Dans un communiqué de la police, les autorités rwandaises ont rapidement fait de relever que l'incident s'était déroulé du côté rwandais de la frontière et que les forces de sécurité rwandaises n'avaient « pas à recevoir de leçons » de professionnalisme. D'après la police rwandaise, l'incident s'est produit alors qu'un contrebandier présumé était devenu violent lors d'un contrôle et a été « rejoint par d'autres qui ont attaqué les agents avec des machettes tout en tentant de retourner en Ouganda ». Les agents ont dû ouvrir le feu.

Les autorités rwandaises ont insisté sur la non-violation du territoire ougandais. « Lorsque le gang est repassé du côté ougandais de la frontière, aucune autre action n'a été entreprise par la patrouille ». Dans le communiqué, la police rwandaise a ajouté que le lendemain matin de l'incident, des représentants locaux rwandais et ougandais se sont rencontrés pour évoquer la situation et ont également appelé les populations à rester calme.

Rappelons que les relations sont aujourd'hui très tendues entre les deux pays qui s'accusent chacun d'espionnage, d'assassinats politiques et d'ingérence dans les affaires intérieures. Des deux côtés, les autorités surveillent de près la circulation sur leurs frontières, tandis que franchir ces frontières pour les populations des deux pays reste très dangereux et compliqué. Cette affaire risque d'aggraver encore la situation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :