Niger  : le gouvernement insiste sur l'appui de l'UE face aux menaces sécuritaires

 |   |  437  mots
L'Eucap-Sahel Niger est une mission civile lancée en 2012 par l'UE pour la lutte contre l'insécurité et la migration clandestine.
L'Eucap-Sahel Niger est une mission civile lancée en 2012 par l'UE pour la lutte contre l'insécurité et la migration clandestine. (Crédits : DIM/Air Info)
A l'occasion de la 9e réunion du Comité de pilotage de la mission Eucap-Sahel Niger à Niamey vendredi dernier, le ministre nigérien de l'Intérieur et de la sécurité publique, Mohamed Bazoum, a appelé l'Union européenne à renforcer son appui dans le domaine de la sécurité afin de répondre aux menaces qui pèsent sur son pays.

Pour les autorités nigériennes, la situation sécuritaire actuelle dans leur pays nécessite un renforcement de l'appui de l'Union européenne (UE). S'exprimant lors la 9e réunion du Comité de pilotage de la mission Eucap-Sahel Niger à Niamey vendredi dernier, le ministre nigérien de l'Intérieur et de la sécurité publique, Mohamed Bazoum, a insisté sur le soutien européen qui devrait, selon lui, se poursuivre.

Dans son plaidoyer, le ministre a appelé l'UE «à poursuivre et à renforcer l'appui, déjà consenti, dans le domaine de la sécurité» au profit du Niger, «mais aussi à engager de nouvelles réflexions [...] afin d'identifier d'autres approches susceptibles de nous aider à mieux combattre ce phénomène qui fragilise les efforts de développement et d'intégration de la zone sahélo-saharienne dans son ensemble». Le ministre qui intervenait face à ses collègues du gouvernement et à la responsable de la délégation de l'UE au Niger, Denisa-Elena Ionete, cheffe de la mission Eucap-Sahel, a soutenu son appel par la recrudescence de la violence dans le pays.

Lire aussi : Botswana : le gouvernement lève l'interdiction de la chasse à l'éléphant

Malgré les efforts des partenaires qui ont permis de continuer «à mener une guerre sans merci contre le terrorisme et le crime organisé [...], nous assistons ces dernières semaines à une recrudescence des attaques terroristes, notamment au Niger, au Burkina Faso et au Mali», a déclaré Bazoum en ajoutant que «l'ampleur et la fréquence des attaques menées ces dernières semaines dans la région du Sahel nous interpellent tous et méritent que tous les acteurs impliqués dans la lutte contre ce fléau s'engagent dans de nouvelles approches plus coordonnées et inclusives, pour mettre un terme à cette nébuleuse terroriste».

L'UE répond à l'appel

Réagissant aux déclarations du ministre Bazoun, la cheffe de la délégation de l'UE au Niger a d'abord salué les efforts consentis par les autorités nigériennes pour faire face aux différentes menaces pesant sur le pays. La diplomate européenne a ensuite réaffirmé l'engagement de l'Union à continuer d'œuvrer à renforcer et à rendre encore plus efficace le partenariat entre les deux parties afin de mieux combattre le terrorisme et l'insécurité.

Lire aussi : Trafic de Kevazingo au Gabon : des sanctions et des démentis

Rappelons que le Niger à l'instar de ses voisins du Sahel, est constamment menacé par le terrorisme. Le 14 mai dernier, 28 soldats nigériens ont été tués dans une embuscade tendue par des groupes terroristes lourdement armés près de la frontière avec le Mali.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :