Burkina Faso : la statue de Thomas Sankara sera resculptée pour la rendre plus fidèle

 |   |  672  mots
Citoyens et observateurs ont dénoncé une absence de ressemblance entre la statue dévoilée et le visage du Capitaine Thomas Sankara, certains osant même le parallèle entre le visage de la statue supposément inspirée de Moussa Dadis Camara, le capitaine putschiste guinéen.
Citoyens et observateurs ont dénoncé une absence de ressemblance entre la statue dévoilée et le visage du Capitaine Thomas Sankara, certains osant même le parallèle entre le visage de la statue supposément inspirée de Moussa Dadis Camara, le capitaine putschiste guinéen. (Crédits : DR)
Le comité international mémorial Thomas-Sankara (CIM-TS) ne va pas se limiter à des excuses publiques. La polémique sur le manque de ressemblance de Thomas Sankara avec la statue érigée à sa mémoire à Ouagadougou, a eu des conséquences. Le CIM-TS qui avait promis des rectifications pour rendre le buste du père de la Révolution burkinabè plus fidèle à son effigie, a enjoint les exécutants de «rattraper les ratés». La statue sera donc reliftée pour être à nouveau dévoilée dans deux mois.

Cette fois-ci les sculpteurs devront être précis dans leurs coups de burin. En attendant le résultat finale, la statue géante du capitaine Thomas Sankara a été recouverte d'une bâche dès le lendemain de son inauguration. Un voile tempérant pour couvrir la représentation controversée de Thomas Sankara mais aussi envelopper la polémique née du dévoilement de la statue érigée en la mémoire du père de la Révolution burkinabè.

Nouvelle mouture du buste de Thomas Sankara en atelier

Jean-Luc Bambara, l'architecte de la précédente statue, aidé de plusieurs artistes et ouvriers, prépare une nouvelle mouture du buste de Thomas Sankara, une douzaine de photographies du capitaine accrochées au mur de son atelier en guise d'inspiration, selon un reportage de nos confrères de RFI. « Nous nous sommes retrouvés dans l'atelier pour tenir compte de toutes les suggestions et avis qui ont été émis pour sortir quelque chose qui soit conforme à l'attente», confie Jean-Luc Bambara. Et ses talents d'artistes ont intérêt à être précis.

Depuis le 2 mars dernier, la polémique enfle au Burkina et à l'étranger. En compagnie de Jerry John Rawlings, l'ancien président ghanéen, Roch-Marc Kaboré, le président burkinabé, a dévoilé une statue de cinq mètres en bronze placé sur socle en béton de trois mètres de haut en la mémoire de Thomas Sankara, en marge du Fespaco.

Lire aussi : Les putschistes les plus emblématiques (2/2)

Mais très vite, participants à la cérémonie comme commentateurs ont dénoncé une absence de ressemblance entre la statue dévoilée et le visage du Capitaine Thomas Sankara, certains osant même le parallèle entre le visage de la statue supposément inspirée de Moussa Dadis Camara, le capitaine putschiste guinéen. Les justifications du Comité international du mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) faisant passer la statue rétrocédée à cette association par le ministère de la Culture pour une «œuvre provisoire» n'ont fait qu'accentuer la polémique.

Une nouvelle statue dévoilée dans deux mois

Face à l'ampleur de la polémique, le CIM-TS avait fait amende honorable dans une conférence de presse, lundi 4 mars 2019 à Ouagadougou.

«Le Comité international du mémorial Thomas Sankara présente tout d'abord ses excuses, pour les insuffisances constatées, à tous ceux qui sont choqués par le manque de ressemblance de la statue avec les traits du président Sankara. Nous demandons pardon au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, au parrain, John Rawlings, aux parents des victimes, aux populations du Burkina Faso, de l'Afrique et du monde entier», a fait savoir Luc Damiba, le secrétaire général du CIM-TS dès l'entame de sa rencontre avec la presse.

Le lendemain, au terme d'une rencontre avec Christophe Dabiré, le Premier ministre burkinabé, le colonel-major Bernard Sanou, le président du CIM-TS a pris un engagement solennel. «C'est vrai que nous avons manqué de vigilance, mais nous pensons que c'est quelque chose qui va pouvoir se rattraper. C'est pourquoi, nous avons demandé à l'architecte de rattraper les ratés pour satisfaire tout le peuple burkinabè et tous ceux qui se reconnaissent en Thomas Sankara». La statue sera donc recouverte, le temps que des rectifications y soient apportées.

Lire aussi : Ces présidents africains qui ont démissionné en cours de mandat (2/2)

Sans qu'on en connaisse la date précise, les sculpteurs vont soumettre un archétype d'un buste de Thomas Sankara rectifié à l'équipe technique du CIM-TS avant validation. Afin d'être intégrée dans le cadre d'un projet de mémorial destinée à Thomas Sankara et ses compagnons assassinés ce 15 octobre 1987 au Conseil de l'entente à Ouagadougou, la nouvelle statue devrait sortir des ateliers d'ici deux mois. « Nous prenons l'engagement de mettre à la disposition de la population une statue qui soit la plus fidèle possible à notre héros», promet Bernard Sanou. Le peuple veille au grain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :