Sahle-Work Zewde devient la première femme chef d'Etat de l’Ethiopie

 |   |  418  mots
(Crédits : DR)
A 68 ans, Shale-Work Zewde est élevée à la magistrature suprême de l’Ethiopie, devenant la première femme présidente de cette république démocratique fédérale.

Elle a été désignée à l'unanimité ce jeudi 25 octobre par les parlementaires et a immédiatement prêté serment. A 68 ans, Shale-Work Zewde, nouvelle présidente de la République démocratique et fédérale d'Ethiopie, entre ainsi dans l'histoire de son pays comme la première femme élevée à la magistrature suprême éthiopienne.

Zwede

Diplomate émérite et ex-onusienne

Diplomate émérite, Zewde est désormais une habituée des nominations d'exception, elle, qui devenait également en juin dernier la première femme représentante de l'Organisation des Nations Unies auprès de l'Union africaine (UA), après avoir été la première femme à la tête du bureau de l'ONU au Kenya.

Zewde

Forte d'une trentaine d'années de responsabilités, notamment en Ethiopie où elle a été ambassadeur pour plusieurs pays africains avant de représenter son pays au sein de plusieurs organisations internationales dont l'Unesco, l'UA ou la Commission économique pour l'Afrique, Shale-Work Zewde a été pendant de nombreuses années un précieux leader pour les Nations Unies où elle a occupé diverses responsabilités, comme celle de représentant du Secrétaire général de l'ONU et responsable du Bureau intégré de l'ONU pour la consolidation de la paix en Centrafrique (BINUCA), sous Ban Ki-moon.

Le temps des femmes en Ethiopie

A la présidence de la République d'Ethiopie, elle succède à Mulatu Teshome qui, comme le veut la loi, a démissionné ce jeudi. L'Ethiopie étant un régime parlementaire, la présidence de la République n'est quasiment qu'honorifique. Mais le fait qu'elle soit désormais tenue par une femme y apporte un sens fort. D'autant plus que la désignation de Zewde intervient moins de dix jours après la nomination d'un nouveau gouvernement de 20 membres à parité égale avec des ministères clés comme celui de la Défense, confié à une femme, Aisha Mohammed Mussa, ex-ministre de la Construction.

Sur les réseaux sociaux, la nouvelle est très appréciée. Dr Vera Songwe, secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique, félicite une femme «qui a battu silencieusement de nombreux records dans sa carrière nationale et internationale».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :