Burkina Faso : le président Kaboré promet des «dispositions urgentes» pour contrer les attaques terroristes

 |   |  444  mots
Depuis trois ans, le Burkina Faso est la cible d'attentats terroristes, après avoir été pendant de nombreuses années comme l'un des pays les plus sûrs de la région.
Depuis trois ans, le Burkina Faso est la cible d'attentats terroristes, après avoir été pendant de nombreuses années comme l'un des pays les plus sûrs de la région. (Crédits : Reuters)
A l'issue d'un Conseil supérieur de défense réuni d'urgence ce weekend, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que des «dispositions urgentes» seront prises prochainement pour contrer les attaques terroristes dont est victime le pays. L'objectif selon le président sera de «rétablir la sécurité » dans les zones d'attaque.

Le chef de l'Etat burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, veut en finir avec les attaques terroristes dont son pays est la cible depuis quelques années. En conseil supérieur de défense d'urgence, à la suite de la série d'attaques armées ayant causé plusieurs morts, notamment dans la partie est du pays, le président burkinabé a annoncé que des mesures urgentes seront prises afin de rétablir la sécurité dans le pays.

«Je voudrais dire que nous assistons à une opération de déstabilisation du Burkina Faso qui correspond à des opérations de harcèlement de nos forces de défense et de sécurité sur nos différentes frontières», déclaré le président burkinabè en ajoutant que l'objectif de ces opérations est «d'atteindre le moral» des troupes et «de montrer que l'insécurité existe au Burkina Faso». Des «dispositions urgentes seront prises dans les prochains jours pour parer à cette situation et rétablir la sécurité dans cette zone», a ensuite promis Roch Marc Christian Kaboré à l'issue du Conseil.

Le Burkina Faso subit depuis ces quatre dernières années des attaques terroristes sur son territoire, notamment à ses frontières avec le Togo, le Mali, le Niger et le Bénin. La dernière série d'attaques était survenue à la mi-août dernière dans la partie est du pays à 100 km de Fada N'Gourma, chef-lieu de la région de l'Est. Elle avait fait 5 morts, dont quatre gendarmes et un civil, selon un communiqué du ministère de la Défense.

Un projet de base terroriste dans l'est du Burkina ?

Au début des attaques contre le pays, celles-ci étaient concentrées dans le nord. Mais depuis quelque temps, elles ont progressivement gagné la région de l'est qui abrite notamment le site minier de Boungo et une vaste aire forestière. Pour plusieurs spécialistes du Burkina Faso et de la région ouest-africaine, cette intensification des attaques vers cette région est motivée par l'ambition des cellules terroristes d'implanter leur base dans la zone.

Aujourd'hui, les attaques contre les positions des forces de défense et de sécurité et les populations civiles sont devenues quasi quotidiennes, mais aussi plus dévastatrices, les terroristes utilisant de plus en plus des engins explosifs.

Dans le pays, la classe politique, les organisations de la société civile et les mouvements des droits de l'Homme sont mobilisés et appellent à une solution durable pour contrer ces attaques. Une journée nationale de protestation est prévue le 29 septembre pour dénoncer cette situation et marquer la solidarité des Burkinabès contre toutes les formes de terrorisme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :