Cameroun : le parti de Paul Biya fait main basse sur les sièges sénatoriaux

 |   |  444  mots
Sur les 70 sièges de sénateur mis en jeu pour les élections du 25 mars 2017 au Cameroun, le RDPC a remporté 63, tandis que les 7 sièges restants sont revenus au Front social démocratique (SDF).
Sur les 70 sièges de sénateur mis en jeu pour les élections du 25 mars 2017 au Cameroun, le RDPC a remporté 63, tandis que les 7 sièges restants sont revenus au Front social démocratique (SDF). (Crédits : Reuters)
Les élections sénatoriales au Cameroun ont fini par sourire au Rassemblement démocratique du peuple camerounais, le parti politique du président Paul Biya. D'après les résultats annoncés par la Cour constitutionnelle ce jeudi 5 avril à la mi-journée, le RDPC remporte 63 sièges sur les 70 mis en jeu lors de ce scrutin.

C'est une grande victoire pour le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Le parti politique du chef de l'Etat camerounais Paul Biya vient en effet de faire main basse sur les sièges sénatoriaux. Selon la Cour constitutionnelle qui a annoncé ce jeudi à la mi-journée les résultats des sénatoriales, le parti au pouvoir remporte une victoire écrasante après avoir raflé 63 des 70 sièges électifs de la haute Chambre. Le RDPC a pu rassembler 81,13% des suffrages exprimés pour se hisser seul en tête. Il est suivi par le Front social démocratique (SDF) qui réalise un score de 8,62% des suffrages exprimés lui permettant d'avoir les 7 sièges électifs restants dans son fief au nord-ouest du pays.

Ainsi, aucune chance n'a été donnée aux autres partis politiques. Entre autres, l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP) ; l'Union démocratique du Cameroun (UDC) ;  le Front national pour le salut du Cameroun (FSNC) et l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) se sont retrouvés avec zéro siège, malgré les recours en annulation partielle des élections introduits par le SDF et l'UDC -arguant le défaut de qualité du requérant ou alors des faits non fondés- avant qu'ils ne soient rejetés par le Conseil constitutionnel en début de cette semaine.

En attendant la liste de Paul Biya

Malgré ces premiers résultats, il faut attendre encore quelques jours pour connaître la liste complète des sénateurs élus. Les textes de loi disposent que la haute Chambre compte 100 sénateurs dont 70 élus et 30 nommés par le chef de l'Etat lui-même. Ce dernier dispose légalement de 10 jours pour procéder aux nominations.

Alors que son pays fait face à une série de contestations dans le nord-ouest et le sud-ouest (régions anglophones du pays), Paul Biya, 35 au pouvoir et âgé de 84 ans, aura sûrement à cœur de faire des nominations de concession. Dans ces régions, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader avec des affrontements entre forces de l'ordre et séparatistes anglophones faisant plusieurs blessés et des morts. Récemment encore, des enlèvements de représentants de Yaoundé et de quelques étrangers ont été signalés.

A l'image de la composition de la chambre actuelle (82 sièges pour le RDPC, 14 pour le SDF et 1 siège «donné» à chacun des partis tels que l'ANDP, le FSNC, le MDR et l'UNDP), le président Biya pourrait inclure dans sa liste des personnalités d'autres partis politiques que le sien, en guise de geste d'apaisement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :