Zimbabwe : la Russie saisit la main tendue de Mnangagwa

 |   |  447  mots
(Crédits : Reuters)
Après l’opération séduction en direction des occidentaux, Emmerson Mnangagwa semble prêt à renforcer ses liens militaires et économiques avec la Russie. En témoigne la visite en cours de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe au Zimbabwe ou encore la tendance qu’à le Kremlin à réchauffer et dépoussiérer les vielles alliances soviétiques.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov est actuellement en visite officielle au Zimbabwe. L'occasion pour assurer au président Emmerson Mnangagwa de la poursuite de la coopération militaire avec le Zimbabwe et a évoqué les opportunités d'investissement dans le secteur du diamant.

Coopération militaire

Cette visite a également été l'occasion pour les deux pays d'annoncer la signature d'un accord portant sur la création d'une zone économique spéciale permettant aux entreprises russes de fabriquer des marchandises destinées à l'exportation. « Nous avons également parlé de perspectives de coopération militaire et technique. Nous avons un groupe spécial travaillant sur ce sujet particulier », a déclaré le chef de la diplomatie russe.

L'offre de coopération militaire rentre dans le cadre du retour de Moscou sur la scène diplomatique mondiale (hors de sa zone d'influence traditionnelle), qui passe par un réchauffement des vielles alliances de l'ère soviétique. D'ailleurs, les pays occidentaux ont cessé de fournir du matériel militaire au Zimbabwe dans les années 2000 dans le sillage des sanctions imposées au gouvernement de l'ex-président Robert Mugabe pour violations de droits de l'Homme.

L'aide militaire occidentale se composait de livraisons d'avions de chasse ou encore de véhicules militaires. Selon Chris Mutsvangawa, conseiller spécial du président Mnangagwa le ministère de la Défense du Zimbabwe serait en pourparlers avec Moscou pour l'achat de matériel militaire. Un consortium russe comprenant le conglomérat d'armement Rostec avait rappelons-le conclu en 2014, un partenariat avec un groupe zimbabwéen pour développer une mine de platine à 3 milliards de dollars.

Redémarrer la JV de Darwendale

Un projet dont l'exploitation a stagné depuis et qui devrait être relancé en marge de la visite de Lavrov. Ce qui devrait faire l'un des plus importants investissements que Harare ait connu depuis son indépendance en 1980. « Nous avons particulièrement mis l'accent sur la mise en œuvre du projet conjoint d'exploration du gisement de platine Darwendale, le plus important au monde et qui est actuellement exploité par une joint-venture entre le Zimbabwe et le Russie », a précise Lavrov dans une conférence de presse.

L'exploitation à plein régime du site de Darwendale devrait se traduire par un renforcement des rentrées en devises pour Harare. Le Zimbabwe possède pour rappel, le deuxième plus important gisement de platine connu après l'Afrique du Sud, alors que Darwendale est considéré comme le plus important gisement unique de platine au monde. Un renforcement de l'investissement russe au Zimbabwe devrait donner du mou à Mnangagwa, qui cherche désespérément à relancer l'économie et à séduire les investisseurs internationaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :