[Direct] Attaque de Ouagadougou : le bilan varie entre 8 et 30 morts

 |   |  589  mots
(Crédits : Reuters)
En plus d'être contradictoire et flou, le bilan humain est particulièrement lourd après l'attaque qui a visé Ouagadougou ce vendredi matin. Au niveau gouvernemental, on parle d'une vingtaine de morts et près de 80 blessés. Mais des sources sécuritaires évoquent une trentaine de morts. Deux explosions. Une à l'état-major des Armées. Une autre dans le quartier abritant l'ambassade de France.Des tirs entendus en plein Ouagadougou. La situation reste confuse dans la capitale burkinabè où l'on signale depuis ce matin vers 10 H (heure locale) des échanges de tirs dont les auteurs ne sont pas encore identifiés. La Tribune Afrique qui observe la situation, va suivre pour vous les informations qui lui parviennent au fur et à mesure.

Un réveil au bruit de coups de feu. La matinée n'a pas été calme à Ouagadougou. La capitale du Burkina a éte visée par des attaques d'ampleur. Des tirs dont les auteurs ne sont pas encore identifiés ont eu lieu dans la zone de l'Ambassade de France, autour du camp de gendarmerie de Paspanga et une explosion à l'état-major des armées.

Selon le dernier bilan annoncé par le gouvernement burkinabé en fin de journée, huits assaillants ont péri dans un assaut des Forces spéciales du Burkina et de la France. Le même bilan fait état de huit  morts ( 2 gendarmes et six militaires) dans les rangs des forces de sécurité dans les lieux de l'attaque. D'autres sources évoquent plus de 80 blessés dans l'attaque. Mais des sources sécuritaires françaises repris par des médias internationaux évoquent un bilan humain "particulièrement lourd" qui pourrait s'élever à 28 morts et 50 blessés. Un reportage de la Radio Télévision du Burkina résume cette journée confuse où l'on a frôlé le pire

Tout a commencé vers 10 heures (heure locale) ce vendredi 2 mars. Selon des témoignages, des hommes en armes ont ouvert le feu sur l'ambassade de France et à la devanture de la télévision nationale burkinabè. Un correspondant de la BBC a indiqué que les assaillants sont arrivés à bord d'une voiture.

Sur son compte Twitter personnel, Xavier Lapdecab, l'ambassadeur de France au Burkina invite ses compatriotes à la prudence.

En réponse à la situation sécuritaire, les autorités ont fait décoller des hélicoptères de surveillance qui survolent la ville. Kalidou Sy, le correspondant de France 24 indique que les assaillants seraient des militaires. Une information qui permettrait de relier l'attaque avec l'ouverture du procès des auteurs présumés du putsch manqué de 2015. Procès ouvert puis reporté.

Mais Jean-Marc Châtaigner, l'envoyé spécial de la France pour le Sahel parle d'une "attaque terroriste". Même son de cloche au près du maire de Ouagadougou qui confie à nos confrères du Monde Afrique que l'armée mène la "riposte" contre ce qui s'apparente, selon lui, à une attaque terroriste.Le ministre de la Défense, Jean Claude Bouda penche aussi en faveur d"une attaque djihadiste. 

Dans un communiqué relayé sur sa page Facebook, la Police Nationale du Burkina a lancé un appel à témoins après avoir appelé les populations à la vigilance et à s'éloigner des zones visées par les attaques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2018 à 15:48 :
La situation est tres critique a Ouagadougou apres l'attaque qui a vise l'Ambassade francaise et plusieurs autres departement strategique du pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :