Visite de Macron au Sénégal : des accords bilatéraux dans quatre secteurs

 |   |  299  mots
(Crédits : Reuters)
La visite de trois jours du président Macron, qui prend fin ce samedi, s’est soldée par la signature hier de plusieurs accords bilatéraux. Quatre secteurs concernés : l’éducation, l’eau et assainissement, l’énergie, l’aéronautique.

Le Sénégal et la France « continue[nt] à écrire leur histoire commune », pour emprunter les mots d'Emmanuel Macron à son arrivée jeudi à Dakar. Sa visite officielle de trois jours, axée principalement autour du Sommet du Partenariat mondial pour l'éducation dont il assurait la co-présidence avec son homologue sénégalais Macky Sall, était également l'occasion de renforcer la coopération bilatérale dans quatre secteurs clés.

Bientôt un Campus franco-sénégalais

S'inscrivant dans la continuité de cette grande messe de l'éducation qui a accueilli plusieurs chefs d'Etat, patrons d'entreprises et célébrités, les deux présidents français ont signé un important accord dans l'enseignement supérieur qui débouchera sur la création du Campus franco-sénégalais à Diamniadio, une ville située à une trentaine de kilomètres du centre-ville de Dakar.

Une « commande ferme » de deux A330neo

Les autres accords concernent les secteurs de l'eau et assainissement avec une convention de financement d'un montant de 26 milliards Fcfa pour un appui budgétaire sous forme de don au secteur de l'eau et de l'assainissement au Sénégal, mais aussi celui de l'énergie avec un protocole financier pour la fourniture d'énergie et l'installation de 50.000 lampadaires solaires. Le dernier porte sur l'aéronautique avec une « commande ferme » d'Air Sénégal à Airbus de deux A330neo, la nouvelle version remotorisée.

Par ailleurs, les présidents Macron et Sall ont effectué plusieurs activités communes telles que l'inauguration d'un collège à Dakar et la visite de la Maison du Train express régional (TER), une voie de chemin de fer électrique à écartement standard reliant Dakar à l'aéroport international Blaise-Diagne de Diass. Ces deux projets ont été en partie financé par l'Agence française de développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2018 à 16:12 :
Comment ce président peut il détruire la vie des citoyens français (perte de 5€ sur les APL, augmentation de la CSG, pris à la pompe à essence en hausse, péage en hausse, contrôle technique plus répressif, diminution de la vitesse à 80 km/h...) et en parallèle de tous ces prélèvements sur nous, offrir NOTRE ARGENT à des pays étrangers?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :