« Pays de merde », l’injure de Donald Trump aux pays africains

 |   |  673  mots
(Crédits : Reuters)
Condescendance de la part du 45ème président de la première puissance mondiale ? Propos déformés ou mal rapportés ? Les questions se posent tant l’insulte adressée par Donald Trump aux pays africains, à Haïti et au Salvador, ne semble pas sortie de la bouche d’un président des Etats-Unis d’Amérique. Mais le Washington Post qui rapporte ces propos est formel. Le successeur de Barack Obama a bien injurié ces pays en les qualifiant de « pays de merde», lors d’une réunion consacrée à l’immigration au Bureau Ovale !

Silence dans les chancelleries africaines basées au pays de l'Oncle Sam et pas (encore) de réactions de personnalités africaines qui ont du poids dans la vie publique. Mais elles ne sauraient tarder. Pour l'heure, la seule réplique aux propos de Donald Trump vient de Laurent Lamothe, l'ancien premier-ministre d'Haïti. Sur son compte Twitter, il a qualifié la  déclaration de Trump d' « inacceptable ».

Limitation de l'immigration en provenance des "pays de merde"

 « Honte à Trump ! Le monde est aujourd'hui témoin d'une nouvelle bassesse avec cette remarque sur les pays de merde. Totalement inacceptable et par ailleurs déplacé, elle [la remarque, ndlr] montre un manque de respect et d'ignorance jamais vu auparavant dans l'histoire récente des Etats-Unis par aucun président! Trop c'est trop!! », réagit Laurent Lamothe.

Mais qu'est-ce qui a déclenché la furie de l'ancien premier ministre haïtien? Jeudi 11 janvier, dans le Bureau Ovale de la Maison Blanche. Donald Trump reçoit des sénateurs démocrates et républicains afin de dégager un consensus bipartisan autour d'un projet de limitation de l'immigration. Le président est prêt à céder sur le programme Deferred Action for Childhood Arrival (DACA), destiné aux jeunes « Dreamers » souvent arrivés enfants aux Etats-Unis qu'il comptait faire expulser. En échange, l'Administration Trump souhaite réduire de 50%, la loterie pour la Green Card et limiter la politique de regroupement familial.

La discussion qui réunit des protagonistes aux idées opposés s'échauffe. Donald Trump se serait emporté. Parlant des immigrés issus des pays d'Afrique, du Salvador et d'Haïti, il interroge ses interlocuteurs : « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici [aux Etats-Unis] ? », rapporte le Washington Post qui reconstitue la scène à partir de témoignages de personnes ayant participé à la discussion. Pour le président de la première puissance (encore) mondiale, tels sont les "Shithole countries", quand il s'emporte du moins.

Le manque de discernement, l'autre maladie de Trump

Le président américain aurait aussi mentionné préférer une immigration en provenance de Norvège ou encore d'Asie car il seraient plus bénéfiques à l'économie américaine. Sans nier les propos de Donald Trump, Raj Shah, un porte parole de l'exécutif a réagi dans un communiqué qui semble enfoncer le clou de cette polémique naissante.

« Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain. Comme d'autres nations ayant une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions durables qui renforcent notre pays en accueillant ceux qui contribuent à notre société, font croître notre économie et s'assimilent à notre grande nation», écrit le communiqué de Raj Shah.

Dans sa relation avec les pays africains, le président américain semble plus intéressé par le « potentiel commercial» du Continent pour concurrencer la Chine, l'installation de bases de drones dans plusieurs pays africains qu'à construire avec ces pays des relations diplomatiques fondées sur le respect. En témoigne ses bisbilles avec Idriss Déby Itno du Tchad, son ping-pong avec Khalifa Haftar de la Libye, sa relation mi-carotte mi-bâton avec Omar El Béchir du Soudan. Le seul président du Continent qui semble avoir les faveurs du milliardaire-président semble être l'Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi.

Après l'annonce de la réduction de l'aide américaine à destination des pays africains, certaines décisions du président américain contenues dans sa liste de promesses lors de la course à la Maison Blanche risquent d'avoir des impacts sur l'Afrique. La première conséquence est cette vision restreinte sur l'immigration en provenance de l'Afrique, née dans la polémique. Les propos de Donald Trump interviennent à la veille de sa première visite médicale. Sans douter de sa santé mentale, les médecins présidentiels diagnostiqueront peut-être une autre maladie : le manque de discernement !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2018 à 17:25 :
«Si le poussin estime que le poulailler est sale et décide de dormir dans les arbres, il rencontrera certainement l'épervier sur son chemin». Ceci pour que chacun est roi chez lui. Tant que nous allons contituer à penser que nous ne pouvons pas réussir chez nous et que nous ne pouvons développer impérativement sans les autres, nous continuerons à tendre la main et nous serons toujours traités comme tels. Injure certes ! Mais nous méritons cela, car nous refusons de prendre conscience de notre situation. Nous refusons la lutte, le combat. Nous manquons de courage, de détermination, d'abnégation, de vision... dans tous les projets que nous entreprenons. Nos ambitions serons donc vouées à l'échec. Tant que nous resterons des pays/États « microniser », nous serions obligés de subir la mondialisation à défaut d'être des vrais acteurs. Nous devons accepter s'asseoir autour d'une même table et discuter des problèmes et/ou défis auxquels font face notre beau continent. L'Afrique ne mérite pas ce qu'elle est en de subir. Battons en brèche les idéaux impérialistes et construisons un modèle de développement propre à l'Afrique qui prendront en compte les aspirations des peuples africains. Révolutionnons nos idées et actions car le développement de nos pays nous incombe tous. Pour paraphraser le panafricaniste Thomas Isidore Noël SANKARA (paix à son âme) « Produisons africains et consommons africains, c'est la seule façon de vivre libre et digne » ceci doit être notre slogan quotidien. « C'est le riche qui a peur de devenir pauvre sinon le pauvre n'a pas peur de devenir riche alors quand on a peur de vivre, on n'a plus peur de mourir » disait Norbert ZONGO (paix à son âme).
Sinon personnellement, je n'en veux pas Tromp ce sont ces professeurs d'histoire qui ont failli à leur mission. Ils ne lui ont pas bien appris la leçon de la « découverte de l'Amérique » et le « processus de son peuplement ». Mais il doit se recycler pendant qu'il est encore temps car nous estimons que l'Amérique a été construite avec le sang des esclaves Africains. (En de difficulté prend attache avec ton prédécesseur Barack Obama qui a été sans doute à la bonne école.)
NB: Être président des USA ça se mérite.
Merci !
a écrit le 14/01/2018 à 18:47 :
Insulter un pays est stupide mais refuser les immigrés de contrées dont les gouvernants sont irresponsables est logique .Pas de contrôles des naissances sans pouvoir nourrir,loger ,éduquer ses enfants !Les chrétiens doivent s'occuper des bouches que Dieu a crées ?
a écrit le 14/01/2018 à 18:46 :
Insulter un pays est stupide mais refuser les immigrés de contrées dont les gouvernants sont irresponsables est logique .Pas de contrôles des naissances sans pouvoir nourrir,loger ,éduquer ses enfants !Les chrétiens doivent s'occuper des bouches que Dieu a créer ?
a écrit le 13/01/2018 à 22:34 :
Le President des USA est un raciste convaincu envers les non blancs et surtout les Noirs. Ceci est agrave par son ignorance et son manque total de discernement et de jugement des realites du monde. Une personne pareille a la tete de la premiere puissance mondiale constitue un danger reel pour la paix mondiale.
L'Afrique n'attend rien de bon
du personnage
a écrit le 13/01/2018 à 14:36 :
lamentable pseudo journalisme de cour d'école. Au lieu de glander devant votre écran à colporter des ragots, allez sur le terrain chercher de la vraie info, du vrai journalisme.
a écrit le 12/01/2018 à 21:37 :
Bien sur il ne ressemble pas à l'autre Scott Joplin , roi des planches et des médias, mais combien d'erreurs gravissimes et néfastes pour le monde A t'il fait ! Attendez un peu pour voir !
a écrit le 12/01/2018 à 19:41 :
Faut bien admettre que c'est le bordel bien organisé par eux-mêmes dans les pays africains
a écrit le 12/01/2018 à 15:31 :
un président us a le droit de le dire, un français n'a même pas le droit de le penser.
a écrit le 12/01/2018 à 13:52 :
Oui Trump a parfectement raison de dire ca, car dans des pays comme le Togo ou le peuple réclame le départ d’un président qui a déjà fait 3mendats et veut s’accrocher au pouvoir ; on ne peut que nous traiter de merdre. Mais il faut qu’il aide ces pays de merdre à devenir des pays normaux.
Réponse de le 12/01/2018 à 21:44 :
Oui mon ami , j'ai vécu plus de 12 ans au Togo et vous avez raison, le fils fait comme le père, 5/6 femmes plus X maîtresses et main basse sur la caisse de l'état lui et la garde de crocodiles autour de lui. La misère est très forte et après ils ne reste plus qu'aller se retrouver esclaves en Libye !
a écrit le 12/01/2018 à 13:14 :
Dans les dîners de la ville lumière, on tient exactement ce type de propos mais on est assez faux-culs pour jouer les pères la vertu en public.

Richard Nixon était notoirement connu pour sa grossièreté mais c'est probablement contrairement à ce qu'on a dit l'un des meilleurs Présidents des US

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :