La mission du détachement italien au Niger prend de l’ampleur

 |   |  494  mots
(Crédits : Reuters)
L’Italie a annoncé l’extension de la mission de son détachement destinée au Niger à une grande partie de la bande sahélienne et d’Afrique du Nord. Les troupes italiennes devront former et remettre à flot la marine libyenne et assisteront les troupes de l'opération Barkhane dans une zone s’étendant de la Mauritanie au Bénin.

Ce qui devait être un redéploiement de troupes depuis l'Irak et l'Afghanistan vers le Niger par l'Italie semble avoir évolué depuis décembre dernier. Rome vient en effet, d'étendre le périmètre d'action de sa politique militaire en Afrique à une partie non négligeable d'Afrique du Nord et du Sahel. La région s'étendant du Sahel aux côtes nord-africaines situées en face des côtés italiennes vient ainsi d'être classée « zone stratégie prioritaire » par Rome.

De garnison à force d'intervention

Pour rappel, le gouvernement de Paolo Gentiloni avait annoncé, début décembre dernier avoir approuvé le redéploiement de troupes des théâtres d'opération afghans et irakiens vers le Niger. Une décision justifiée par la nécessité « d'endiguer l'omniprésence des organisations terroristes dans la région ». Les troupes italiennes choisies pour leurs expériences des guerres asymétriques menées par les Talibans et l'organisation de l'Etat islamique en Afghanistan et en Irak avaient pour mission première de sécuriser le Niger et de s'assurer que la capacité de réponse des autorités locales soit opérationnelle.

L'extension de l'opération notamment en Libye nécessitera l'envoi de plus de troupes dans les semaines à venir au Nord du continent. Côté libyen, l'intervention italienne vient suite à une demande libyenne de remettre à flot plus de la moitié des navires de la marine héritée du régime Kadhafi. Selon le ministère de la Défense italien, la marine devrait intervenir via un navire-usine avec le renfort de travailleurs locaux.

Remettre à flot la marine libyenne

L'objectif pour l'Italie est de permettre aux libyens de reprendre le contrôle de leurs frontières maritimes, de former sur le terrain les garde-côtes libyens de manière à assurer leur capacité à gérer l'immigration, le trafic illégal et les menaces de sécurité. Le détachement italien devra également aider à remettre en état une partie des infrastructures terrestres et aériennes détruites depuis 2011. En tout ce seront quelques 400 soldats italiens, dotés de 130 véhicules qui seront stationnés dans la région.

Reste à savoir, qui des différentes milices actives en Libye aura droit à cette assistance militaire. Le choix d'une faction par rapport à une autre par Rome pourrait mettre en ligne de mire de possibles mécontents son détachement en Libye. La mission militaire italienne au Niger a par ailleurs vue sa zone d'intervention s'étendre jusqu'au Nord-Ouest du continent notamment en Mauritanie et à l'Ouest vers le Bénin.

Une zone immense où l'armée italienne devra opérer en renfort des 4.000 soldats français de la force Barkhane. Le Niger est perçu par les états-majors américains, italiens, français et allemands comme un verrou aux déplacements de groupes rebelles et un corridor « clé » pour le passage des migrants vers l'Europe, avec 300.000 personnes ayant utilisé cette voie pour atteindre la méditerranée en 2016 .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2018 à 8:12 :
Isssoufou Moumadou a trahi son peuple en le vendant aux blancs. Niger n'a jamais connu un dirigeant sanguinaire comme celui-là.les etudiants, les militaires perdent leur vie cmme des animaux. Mr le president ns n'avons pas besoin d'une force imperialiste ds notre pays. En dehors du chao economique et securitaire vs avez detruit notre systeme educatif et sanitaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :