Accidents ferroviaires en Afrique du Sud : les trains sont-ils devenus fous ?

 |   |  552  mots
Le 6 janvier, la collision près de Kroonstad, entre un camion et un train qui effectuait la liaison entre Port Elizabeth et Johannesburg a fait 19 morts et quelques centaines de blessés.
Le 6 janvier, la collision près de Kroonstad, entre un camion et un train qui effectuait la liaison entre Port Elizabeth et Johannesburg a fait 19 morts et quelques centaines de blessés. (Crédits : Reuters)
Deux accidents ferroviaires à quelques jours d’intervalle ont plongé l’Afrique du Sud dans l’émoi. Le déraillement d’un train la semaine dernière, suivi quelques jours plus tard d'une collision entre deux trains de banlieue, au moment même où l’autorité en charge de la sécurité ferroviaire a sorti un rapport sur les accidents ferroviaires du pays, rappellent encore que les trains sont aussi dangereux.

Aucun mort, mais 226 blessés parmi les passagers. Au-delà de la frayeur, le bilan de la collision entre deux trains de banlieue à Germiston dans la province de Gauteng, à 40 kilomètres au sud-est de Johannesburg, renforce le sentiment d'insécurité sur les 20 000 kilomètres de rails du réseau ferroviaire sud-africain.

Une collision et un déraillement en moins d'une semaine

Ce mardi matin à 6h, les passagers se ruent vers le train comme chaque jour pour aller travailler à Springs, mégalopole industrielle située à une trentaine de kilomètres de Johannesburg. Le train de Metrorail, compagnie ferroviaire sud-africaine, est à l'arrêt à la station de Geldenhuis à Germiston et attend le signal manuel de l'inspecteur de la circulation pour repartir.

Puis les choses se précipitent. En vitesse de roulage, un train en mouvement aiguillé sur la même voie percute de plein fouet l'arrière du train à l'arrêt. Même si la collision n'a pas fait de victimes, les premiers secours arrivés sur place ont dû soigner sur place ou transporter vers les hôpitaux les plus proches quelque 226 blessés. En réalité, dans le détail, 159 de ces blessés ne sont touchés que légèrement, tandis que 67 autres ont subi des blessures un peu plus graves.

Au moment où les autorités annoncent une enquête pour définir les circonstances et situer les responsabilités dans l'accident de Germiston, imputée à un incident technique ou un manque de coordination, la question qui fâche fuse : les trains de Metrorail qui transportent deux millions de passagers en moyenne dans les provinces de Gauteng, du Cap-Occidental, du Kwazulu-Natal et du Cap-Oriental sont-ils devenus fous ?

Cinq jours plus tôt, une collision mortelle entre un train et un camion a laissé un bilan meurtrier sur les rails. La locomotive qui effectuait la liaison entre Port Elizabeth et Johannesburg a déraillé avant de prendre feu après avoir heurté violemment un camion près de Kroonstad, au sud de Johannesburg. Le bilan fait état de 19 morts et quelques centaines de blessés.

Les trains de la «mort» ont tué 495 personnes entre 2016 et 2017

Dans tous les cas, ces dernières années les rails sont devenus plus meurtriers pour les usagers. Dans son rapport annuel (2016-2017), le Régulateur sud-africain de la sécurité ferroviaire (Railway Safety Regulator) fait état d'une hausse de 5% du nombre de personnes mortes dans des accidents sur le réseau ferré du pays. Ces accidents incluent des incendies, des collisions, des déraillements, des cas de chocs électriques et de cas de personnes percutées par les trains (plus de 80% des décès)

Si pour son observation de l'exercice 2015-2016, le RSR a relevé 453 décès et 2 290 blessés liés à des accidents ferroviaires, la période 2016-2017 a été plus meurtrière. Quelque 495 personnes ont perdu la vie sur les voies ferrées, alors que 2 079 ont été blessées dans les accidents pendant cette période.

C'est justement la région du Gauteng qui est la plus touchée par cette multiplication des accidents. Rien que pour la période 2016-2017, 219 personnes ont perdu la vie dans un accident ferroviaire et 1 124 personnes en sont sorties avec des blessures. Des trains de la mort rouleraient-ils aujourd'hui sur le premier réseau ferré d'Afrique ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :