Cap-Vert : grève de trois jours dans les rangs de la police

 |   |  410  mots
(Crédits : DR.)
La république capverdienne est secouée par une grève inédite observée dans les rangs de la police nationale qui réclame de meilleures conditions de travail. Entamée mercredi dernier, la grève de trois jours des corps habillés serait suivie par plus de 99% des 2 000 policiers que comptent les forces de police capverdiennes.

La police du Cap-Vert observe depuis mercredi dernier une grève de trois jours, une première dans l'histoire du pays. Les policiers grévistes réclament de meilleures conditions de travail, alors que l'appel à manifester serait très largement suivi, assure le Syndicat de police nationale capverdienne (SINAPOL).

«Près de 99% des policiers sont déjà en grève», a déclaré José Barbosa, président du SINAPOL, en marge d'une manifestation organisée cette semaine par des agents de la police à Praia, la capitale du Cap-Vert. Selon lui, ce mouvement porte sur plusieurs revendications notamment l'augmentation des salaires, la réduction des heures de travail, le paiement d'une indemnité aux agents exerçant cumulativement des fonctions de chauffeur, etc.

En mars dernier, les syndicats et le gouvernement avaient d'accord dans lequel ce dernier s'engagerait à répondre aux revendications des agents de police. Celles-ci portent notamment sur la révision des salaires et des indemnités des heures supplémentaires.

Aujourd'hui, le SINAPOL accuse le gouvernement de ne pas respecter ce protocole d'accord et considère que le ministre de l'Administration interne est «injuste» envers eux. Ce qui a provoqué ce mouvement de grève qui paralyse le secteur de la sécurité publique du pays. «Comme syndicat, nous avons fait tout pour que les deux parties parviennent à un accord, mais malheureusement, le gouvernement n'a pas coopéré de manière qu'il ait un accord sur les points qui étaient sur la table ou sur le service minimum», a estimé le président du SINAPOL dans son intervention face aux agents des forces de l'ordre.

Le gouvernement se dit surpris

Toutefois, le gouvernement estime avoir pris plusieurs décisions en faveur des agents de police. Lors d'une rencontre avec la presse à Praia, le ministre de l'Intérieur, Paulo Rocha, s'est déclaré «surpris par cette première grève de l'histoire de la police nationale». Dans une intervention sur la chaîne télévision nationale (TCV), il a aussi indiqué que ce mouvement intervient à un moment où le gouvernement a réalisé «le plus grand investissement dans la police» au pays.

Pour lui, l'Etat a résolu plus de 50% des dépendants au niveau national, tel que la promotion, l'augmentation du salaire avec un investissement de 205 millions d'escudos. Le ministre a précisé que les investissements réalisés par le gouvernement rien qu'en cette année dans le corps de la police dépassent les 400 millions d'escudos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :