Course aux satellites : Alcomsat-1, le nouveau rêve spatial de l'Algérie

C’est une course d’un nouveau genre que les deux voisins nord-africains ont lancé. Le Maroc et l’Algérie semblent désormais avoir enclenché une véritable compétition dans la conquête de l’espace. Après le lancement très médiatisé par le Maroc de son satellite militaire baptisé Mohammed VI-A, son voisin Algérien vient de mettre sur orbite Alcomsat-1. Les vocations des deux engins spatiaux sont pourtant complètement différentes.
Ibrahima Bayo Jr.

3 mn

(Crédits : Reuters)

L'immensité de l'espace orbital de la terre, nouveau théâtre d'une guerre des satellites entre le Maroc et l'Algérie. En tout cas, aucun des deux voisins ne veut se laisser distancer. Ce dimanche 10 décembre à 4 heures du matin (16h40 GMT), dans le calme d'une nuit chinoise qui enveloppe le centre de lancement de Xichang, dans la province du Sichuan, l'histoire n'aura retenu qu'une seule chose : l'Algérie vient de se doter de son premier satellite.

"Alcomsat-1" et "Mohammed VI-A", deux satellites nord-africains, deux vocations différentes

Le satellite algérien, baptisé Alcomsat-1, a été lancé par la fusée chinoise « Longue Marche-3» depuis cette base située dans le sud-ouest de la Chine. Contrairement à celui mis sur orbite par le Maroc, l'engin spatial algérien servira entre autres à la diffusion télévisuelle, les télécommunications d'urgence, l'éducation à distance, la communication entre les entreprises ou encore la navigation par satellite. Un lancement réussi pour l'Algérie qui a valu à son président, les félicitations expresses de son homologue chinois Xi Jinping qui y voit l'aboutissement d'une coopération sud-sud dans la conquête de l'espace.

« Alcomsat-1 constitue une première en matière de coopération spatiale entre la Chine et un pays arabe et jouera un rôle important pour promouvoir le développement économique de l'Algérie, l'amélioration des conditions de vie de sa population et ses avancées sociales », commente le numéro un chinois dans des propos rapportés par l'agence Xinhua.

Au-delà de cet échange d'amabilités, la réussite de cette mise sur orbite d'Alcomsat-1, pour peu qu'elle constitue une fierté pour toute l'Algérie, permet au pays nord-africain de faire son entrée dans le club encore désert, des puissances spatiales africaines au même titre que l'Angola et... le Maroc !

Une rivalité régionale qui booste la conquête spatiale en Afrique

A la surprise générale, le royaume chérifien a choisi la base de Kourou en Guyane, pour lancer, dans la nuit du 7 au 8 novembre dernier, son premier satellite militaire, après avoir maintenu le projet secret jusqu'à la dernière minute.

Baptisé Mohammed-VI-A, le satellite marocain construit par Airbus Defence & Space et Thales Alenia Space, est destiné à la photographie de la Terre dont il peut fournir des images très haute résolution destinées à la surveillance et au recueil d'informations stratégiques.

Presqu'une réponse au lancement de ce satellite, le voisin tient aussi son engin qui navigue dans l'espace. Entre les deux voisins, dont on connaissait déjà la course à l'armement, il faut désormais suivre de très près cette course à la conquête de l'espace.

Le Maroc prevoit le lancement en 2018, d'un deuxième exemplaire de son satellite du même type. Et le chiffre que l'Algérie a accolé au nom d'Alcomsat laisse présager de la mise sur orbite d'autres engins.

Pour l'heure, ces lancements à répétition ont déplacé la peur dans le camp de l'Espagne, sur le qui-vive depuis la mise sur orbite de Mohamed VI-A. Loin d'une lecture malsaine, la rivalité spatiale entre les deux voisins est peut-être une chance pour le continent.

Maroc, Angola et Algérie tiennent tous -ou presque- leur satellite. Ces pays réduisent l'avance technologique creusée par les puissances du nord dans le domaine spatial. Même s'il n'en est qu'à ses balbutiements, cette conquête de l'espace vient effacer les initiatives pour lancer des satellites dans le passé, au Zaïre notamment, qui se sont soldées par des échecs. C'est désormais un encouragement à un Continent pour   la conquête de l'espace !

Ibrahima Bayo Jr.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 21/09/2018 à 0:17
Signaler
Non mais man !! Ca va pas la ?? Non non et non qui ta permis d'ecrire de tels conneries. L'algerie a lancé son premier satellite en 2002 et elle en a 5 nigeria puissance spatial africaine Egypte afrique du sud sont aussi des puissance spatial. Pl...

à écrit le 23/03/2018 à 19:10
Signaler
Il faut preciser que l'algerie a deja lance quatre satellites et ALCOMSAT1 est le cinquieme mais qui n'ont pas les meme fonctions. Alcomsatsat est de conception algerienne mais lance par la chine, contrairement au Maroc ou tout est francais.

à écrit le 14/12/2017 à 20:16
Signaler
tu es un journaliste qui parle pour rien dire ....

à écrit le 13/12/2017 à 15:03
Signaler
Ce n'est pas une course l'Algerie a comme son programme bien avant.Pour le Maroc son satellite n'a du maroc que ke nom.Finance oar l'Arabie seoudite fabrique par la france en cke en lain et controle toujours par la france et c'est cette derniere qui ...

à écrit le 12/12/2017 à 22:44
Signaler
Je tiens à souligner tout de même un détail qui n’est pas anodin ! Le satellite est à 100% algerien de sa confection. Il a seulement été envoyer par la Chine. Ce n’est pas du matériel chinois comme on le laisse entendre dans l’article. Sans c...

à écrit le 12/12/2017 à 20:22
Signaler
Juste pour votre information, c est le 5e satellite algérien...

à écrit le 12/12/2017 à 13:28
Signaler
Si vous étiez de bons journalistes vous sauriez que que l'Algérie possède déjà 4 sattellites Alsat 1, Alsat2 , Alsat 3 et Alsat4 , déstinés tout les 4 à l'usage militaire, navigation et météorologie ... Alcomsat 1 est différent parce que il s'agit d...

à écrit le 12/12/2017 à 11:07
Signaler
On aimerait savoir si le satellite est construit par l Algérie ou simplement un achat sur étagere a un autre pays ? On suppose que c est la Chine qui est le maitre d oeuvre de sa construction et de son lancement contre pétrole. On est loin de l indép...

le 12/12/2017 à 12:22
Signaler
L'article est consacré pour moitié au satellite espion marocain fabriqué par la France et payé par l'Arabie séoudite. Comment se fait il que sur celui là vous ne vous posiez pas de question ? @ Spouti : toujours la même rengaine, allez donc boire un...

à écrit le 12/12/2017 à 10:08
Signaler
Article bidon. Le programme spatial algérien est complètement indépendant de celui du Maroc. L´Algérie a lancé son premier satellite en 2002. Alcomsat-1 est son cinquième. Il était déjà programmé depuis plusieurs années bien avant l'annonce du satel...

à écrit le 12/12/2017 à 8:19
Signaler
vous faites des recherches avant de copier coller ? L Algerie a dejà lancè 4 satellites d observation depuis 2002 Alsat 1, Alsat 1B , Alsat-2A , Alsat-2B . et ce sattelite lancè cette fois ci Alcomsat est un satellite d un tout autre categorie 5, ...

à écrit le 11/12/2017 à 22:56
Signaler
L'Algérie est à son 5e ou 6e satellite.....revoyez vos informations !!!

à écrit le 11/12/2017 à 21:09
Signaler
L'Algérie a déjà lancé quatre satellites d'observation dans l'espace depuis 2002. Quant au satellite de communication lancé hier cela fait un an qu'on annonce son lancement, bien avant celui du satellite d'observation marocain qui n'a rien à voir. C...

le 11/12/2017 à 23:08
Signaler
Merci de vous gargariser, l’Algérie a lancé son premier satellite avant J-C. Les turco berbères ont marché sur la lune aussi, ils ont inventé la locomotive, le vélo, la trottinette dans le deuxième siècles après juda. C'est vrai l’Algérie fabrique se...

le 12/12/2017 à 0:03
Signaler
Cher Dz je voudrais vous rectifier et dire que l'Algerie a deja lancee 5 satelittes, Alcomsat-1 etant le 6eme . En effet, ormis les 4 satellites d'observations, l'Algerie a aussi mis en orbite un Nano satellite........Le journaliste a fait preuve d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.