L'ONU baisse le budget de ses opérations de maintien de la paix sous la pression des Américains

Le prochain budget onusien, alloué aux opérations de maintien la paix dans le monde, sera réduit, sous la pression des Etats-Unis de 7,5%. Arrêté à une enveloppe totale de 7,3 milliards de dollars, le nouveau budget devra être validé ce vendredi par l'Assemblée générale de l'ONU.

3 mn

Le budget de la  mission des Casques bleus au Soudan du Sud sera amputé de 100 millions de dollars.
Le budget de la mission des Casques bleus au Soudan du Sud sera amputé de 100 millions de dollars. (Crédits : © Adriane Ohanesian / Reuters)

Le président américain Donald Trump a finalement obtenu ce qu'il souhaitait : une réduction des prévisions de dépenses annuelles des Nations Unies pour le maintien de la paix dans le monde. Ce mercredi, les 193 membres de l'institution ont pu trouver un accord et ont décidé une réduction de 7,5% sur le prochain budget alloué aux Casques bleus. Celui-ci s'établit désormais à 7,3 milliards de dollars, soit 600 millions de dollars de moins par rapport au budget de l'année dernière.

Washington aurait même voulu que les Etats membres fassent mieux, en proposant un budget de 6,99 milliards de dollars. Une prévision qui aurait fait reculer la quote-part des Etats-Unis de 10%, pour la situer à environ 1,99 milliard de dollars.

Nikki Haley, l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU depuis janvier dernier, n'a pas hésité à montrer la résignation de son pays. «En cinq mois, nous avons déjà réussi à réduire le budget et ça ne fait que commencer», a-t-elle déclaré en ajoutant qu'elle s'est engagée à faire tomber le «gaspillage»  à l'ONU : «Nous [l'administration Trump] avons une obligation vis-à-vis du contribuable américain qui paye ses taxes. (...) Nous allons forcer l'ONU à travailler plus intelligemment et plus efficacement», a précisé Haley.

Selon plusieurs observateurs, le problème américain se trouve dans sa contribution à ce budget. L'Administration américaine s'était à juste titre plainte de son apport de 28,5% au budget des Casques blues et qu'elle trouve «injuste». Dans la proposition de budget de 2018, le président Trump a même déjà demandé au Congrès de n'approuver que 1,2 milliard de dollars comme contribution américaine aux opérations de maintien de la paix.

D'importantes répercussions attendues

A en croire le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, le budget actuel ne suffit déjà guère pour prendre en charge les dépenses des Casques bleus. Il équivaudrait d'ailleurs à «moins de la moitié de 1%» de celles-ci. De plus, trois principales missions de l'ONU coûtant au moins 1 milliard de dollars seront directement impactées par cette décision : la Monusco, en République démocratique du Congo, va perdre 93 millions de dollars ; la mission au Soudan du Sud se verra amputer 100 millions de dollars de son budget ; et la Minuad au Darfour aura 60 millions de dollars en moins. Des ponctions budgétaires dangereuses au vu des urgences auxquelles ces missions font ou feront face sous peu.

« On voit mal comment les opérations de maintien de la paix vont avoir une meilleure efficacité avec un budget réduit quand elles fonctionnent déjà à flux tendu avec un budget très contraint », a déclaré au journal Le Monde, Alexandra Novosseloff, chercheuse associée à l'International Peace Institute.

 «Il y aura des choix à faire : les troupes auront moins de mobilité, moins de capacité à mener des opérations, et les mandats seront toujours plus compliqués à appliquer dans leur ensemble », explique Novosseloff.

Contrairement à Alexandra Novosseloff, l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, se veut rassurant. «Les économies qui seront réalisées ont été soigneusement calibrées et ont pris en compte les récentes évolutions positives du maintien de la paix ainsi que les évolutions sur le terrain », note-t-il. Mais si la régression peut être gérée pour cette fois-ci, on doute fort que les mêmes possibilités puissent s'offrir à l'avenir. «Le contexte était favorable à ces économies... Nous avions une marge de négociation que nous n'aurons cependant pas l'année prochaine, si les Américains s'acharnent à vouloir réduire les coûts», confie un diplomate francophone à nos confrères du Monde.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.