Libye : le soutien émirati à Haftar confirmé par l'ONU

 |   |  430  mots
Après avoir participé à l'intervention internationale de 2011, les Emirats Arabes Unis continuent d'exercer une influence sur la guerre en Libye en armant les troupes de Haftar, notamment au niveau aérien
Après avoir participé à l'intervention internationale de 2011, les Emirats Arabes Unis continuent d'exercer une influence sur la guerre en Libye en armant les troupes de Haftar, notamment au niveau aérien (Crédits : © Yannis Behrakis / Reuters)
Un rapport de l’ONU accuse les Emirats arabes unis d’avoir enfreint l’embargo sur les armes imposé à la Libye. Les autorités émiraties auraient livré des hélicoptères de combats, un chasseur bombardier et des véhicules blindées aux force du maréchal Haftar entre 2014 et 2016.

Les Emirats arabes unis auraient franchi un nouveau palier en Libye en fournissant des hélicoptères de combat et des avions militaires aux forces des « autorités libyennes parallèles », commandées par le maréchal Khalifa Haftar. Des livraisons qui enfreignent l'embargo sur les armes imposé par l'ONU.

De la Biélorussie à la Libye, en passant par les Emirats

Selon les Nations Unies, « les Emirats arabes unis ont fourni à la fois un soutien matériel et un soutien direct à l'ANL, ce qui a nettement augmenté son appui aérien.... L'aide extérieure aux groupes armés, en matière de soutien direct, d'entraînement et d'assistance technique a également augmenté », précise le rapport élaboré par des experts de l'ONU, mandatés par le Conseil de sécurité.

Des accusations que les experts de l'ONU étayent par la piste suivie par des hélicoptères de combat fabriqués en Biélorussie. Des appareils qui ont été par la suite acheminés des Emirats arabes unis vers la base aérienne d'al-Khadim située à l'Est de la Libye. Les experts ont ainsi présenté des photos de ces appareils stationnés dans le bastion de Haftar. Un équipement aérien qui offre aux troupes de Haftar un avantage par rapport à leurs adversaires. Le contrôle des cieux permettant à l'ANL de ménager ses hommes et de compenser les pertes subies.

Silence radio émirati

Ce ne seraient pas moins de 4 hélicoptères de combats, de modèle MI-24p qui ont été livrés aux Emirats par la Biélorussie en 2014. Des appareils qui auraient été par la suite « offerts » aux troupes de Haftar en avril 2015. Les experts auraient également confirmé la livraison d'un appareil At-802i aux forces de l'ANL. Les Emirats n'ont toujours pas donné suite aux demandes de clarifications présentées par les experts de l'ONU.

Les Emirats arabe unis sont, rappelons-le, très tôt intervenu en Libye et ce, dès 2011. L'EAU ont  détaché des chasseurs bombardiers au sein de la coalition qui a mis fin au régime de Kadhafi. L'apport militaire émirati ne s'est pas limité à l'appui aérien, ses forces spéciales ont notamment participé à la prise de Tripoli et à la traque de Kadhafi. Après la chute du régime, les Emirats se sont rangés du côté de l'ANL de Haftar, lui fournissant armes et matériels, comme en témoigne l'envoi de véhicules blindés provenant de sociétés basées aux Emirats au forces de l'ANL stationnées à Tobrouk en avril 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :