Algérie : Bouteflika nomme Abdelmadjid Tebboune à la primature

Le président Abdelaziz Bouteflika vient de nommer Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre. Figure attitrée du paysage politique algérien, Tebboune a participé aux gouvernements successifs depuis 1991, date du premier gouvernement de Ghozali. Membre du Comité centre du FLN, le remplaçant de Abdelmalek Sellal à la tête de la primature est un proche du palais d'El Mouradia.
Amine Ater

2 mn

Abdelmadjid Tebboune est membre du Comité central du FLN et plusieurs fois ministre, depuis le premier Gouvernement Ghozali de 1991.
Abdelmadjid Tebboune est membre du Comité central du FLN et plusieurs fois ministre, depuis le premier Gouvernement Ghozali de 1991. (Crédits : DR)

Le président Bouteflika vient de désigner Abdelmadjid Tebboune, en remplacement de Abdelmalek Sellal au poste de Premier ministre. «Conformément à l'article 91, alinéa 5 de la Constitution, M. Le Président de la République, a après consultation de la majorité parlementaire, nommé M. Abdelmadjid Tebboune, Premier ministre», a indiqué ce 24 mai un communiqué du Palais d'El Mouradia.

Ministrable dès 1991

Agé de 71 ans, le nouveau Premier ministre est considéré comme un proche du chef de l'Etat qui l'avait nommé ministre de la Communication et de la Culture lors de son premier gouvernement en 1999.  Vieux routier de la politique algérien, il a été plusieurs fois en charge de portefeuilles ministériels, notamment sous les Gouvernements Ghozali et Benflis.

Membre du Comité central du Front de libération nationale (FLN), Tebboune était en charge du portefeuille de l'Habitat et de l'Urbanisme au sein de la précédente formation gouvernementale. Un poste qu'il occupait depuis 2012, tout en gérant l'intérim au ministère du Commerce depuis janvier dernier.

Ce remaniement vient suite aux élections législatives organisées début mai. Un scrutin largement remporté par le FLN fort de 164 sièges et son allié du RND avec 97 sièges. Ce qui représente 261 sièges sur 462, alors que les partis islamistes qui ont opté pour l'union n'ont obtenu que 48 sièges. Ces législatives ont par ailleurs été marquées par une grande vague d'abstention, puisque le taux de participation n'a atteint que 38,25%, contre 42,90% enregistrés lors du précédent scrutin de 2012.

Le FLN décroche le perchoir de l'Assemblée

En attendant l'annonce de la composition du nouveau gouvernement, l'Assemblée nationale vient d'élire Saïd Bouhadja à la présidence. Membre du FLN, Bouhadja est arrivé au perchoir de l'Assemblée après avoir obtenu 356 voix, contre 47 pour Smail Mimoun (Mouvement pour la société pour la paix), 17 pour Lakhdar Benkhellaf (Union Ennahda-Adala-Bina) et 10 voix pour Ouali Nora (Rassemblement pour la culture et la démocratie).

Par ailleurs, le président Bouteflika a chargé les membres du gouvernement démissionnaire de «vaquer aux affaires courantes de leurs secteurs respectifs, en attendant la nomination du gouvernement».

Amine Ater

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/05/2017 à 5:23
Signaler
En Algerie, les dirigeants ont tous un age venerable. La gerontocratie au pouvoir. Les jeunes peuvent continuer a pointer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.