Pour la première fois, un africain à la tête de l'OMS !

Après une difficile campagne électorale et trois tours de vote, l'Assemblée générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient d’élire l'éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus comme Directeur général. Il devient ainsi le premier africain à remplir cette fonction !
Tedros Adhanom Ghebreyesus vient d'être élu Directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
Tedros Adhanom Ghebreyesus vient d'être élu Directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (Crédits : DR)

Une première pour l'Afrique. Après une rude campagne électorale, l'éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus vient d'être élu Directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dont la soixante-dixième Assemblée mondiale s'est ouverte aujourd'hui à Genève où elle sera réunie jusqu'au 31 mai 2017. Il devient ainsi le premier africain à diriger l'organisation onusienne. La nouvelle a été annoncée sur son compte twitter dédié à la campagne.

L'ancien ministre éthiopien, qui remplace ainsi la Chinoise Margaret Chan, a battu le Britannique David Nabarro et la Pakistanaise Sania Nishtar.

A l'issue du premier tour de cette élection, il ne reste plus que deux candidats en lice : le Dr Tedros, et son rival britannique Dr Nabarro, Britannique qui fut envoyé spécial de l'ONU pour la lutte contre Ebola. Mais selon les règles de l'OMS, il fallait obtenir les deux-tiers des voix pour être élu, ce qui n'a pas été le cas. Un deuxième tour a été donc organisé, avec toujours pour obligation d'obtenir les deux-tiers des voix. Une exigence qui n'a pas été rempli une fois de plus. Ce qui a nécessité l'organisation d'un 3ème et dernier tour, où il suffit d'avoir la majorité simple pour être désigné. Dr Tedros remporte cette dernière partie haut la main avec 133 voix, contre 50 pour Nabarro et deux abstentions.

Cette élection intervient malgré les «graves allégations» qui ont ciblé le nouveau patron de l'OMS. Celui qui a été ancien ministre des Affaires étrangères (2012-2016) et ministre de la Santé (2005-2012) a été accusé, par l'entourage de son rival britannique ainsi que par des opposants au sein de la diaspora éthiopienne, d'avoir délibérément occulté la propagation de trois épidémies de choléra dans son pays.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 24/05/2017 à 14:18
Signaler
C'est une victoire pour toute l'Afrique sur tous les plans. Ainsi dit, nous devons prendre conscience que nous devons maintenant nous responsabiliser dans nos diverses tâches car l'avenir de notre continent malade en dépend.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.