Egypte : Colère après un attentat mortel dans une église orthodoxe

C’est le sujet qui fait l’actualité égyptienne depuis hier, dimanche 11 décembre. Un attentat survenu en matinée dans une église orthodoxe faisant 25 morts et 49 blessés, selon un dernier bilan, suscite la colère.
Ristel Tchounand
(Crédits : Reuters)

Il est environ 10 heures du matin (heure locale) dimanche 11 décembre lorsqu'une bombe explose dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul, contiguë à la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc au Caire, interrompant le service dominical auquel participait une centaine de personnes. Au total, 25 personnes ont été tuées et 49 blessées, dont une majorité de femmes et d'enfants, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, rapporte l'AFP.

C'est l'un des attentats les plus meurtrier visant la communauté copte d'Egypte régulièrement la cible de ce type d'attaque. D'après les résultats de l'enquête préliminaire, la bombe pesait près de douze kilo et contenait des fragments métalliques destinés à déchiqueter les victimes. L'attaque n'a pour l'instant pas été revendiqué. Mais, intervenu à la veille des fêtes de fin d'année, il n'a fait que réveillé de douloureux souvenirs, notamment ce 1er janvier 2011 où 23 personnes trouvaient la mort et 79 blessées dans un attentat non revendiqué à la sortie d'une église copte après la messe du Nouvel An à Alexandrie.

En colère, des centaines de chrétiens et musulmans ont manifesté dimanche soir devant la cathédrale Saint-Marc, qui est pour rappel le siège de l'Eglise orthodoxe chrétienne de l'Egypte. Dénonçant « l'incapacité » du gouvernement à « protéger nos églises », ils réclamaient notamment le limogeage du ministre de l'Intérieur, Magdy Abdel Ghaffar.

egypt

Les réactions des Etats africains

Au-delà des frontières égyptiennes, cette attaque a fait réagir des gouvernements à travers le monde, en Afrique en l'occurrence. Dans une sortie médiatique hier, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a dénoncé un « acte lâche [...] qui vise la sécurité et la stabilité de l'Egypte et la coexistence pacifique et historique entre les différentes composantes de son peuple ». Il a, par la même occasion, appelé à une plus grande mobilisation la communauté internationale pour lutter contre le terrorisme dont les crimes sont « aveugles, transfrontaliers, immoraux et sans religion ».

Au Gabon, le président Ali Bongo s'est exprimé sur Twitter, dénonçant « la haine contre l'autre » qui est « le moteur » de ce genre d'attaque.

Cet attentat marque également un week-end triste pour la capitale égyptienne qui a connu vendredi dernier une explosion au quartier Talibiya, à l'ouest du Caire, donnant la mort à six policiers.

Ristel Tchounand
Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.