Egypte : 1e verdict confirmé pour l'ex-président Morsi

La Cour de cassation égyptienne vient de confirmer une peine de 20 ans à l'encontre du président déchu, Mohamed Morsi. Ce dernier risque également la peine de mort dans un autre procès actuellement en appel.
Amine Ater

1 mn

l'ex-président Morsi a vu sa peine de 20 ans d'emprisonnement confirmé. Un verdict qui pourrait être suivi d'autres dont la peine maximale
l'ex-président Morsi a vu sa peine de 20 ans d'emprisonnement confirmé. Un verdict qui pourrait être suivi d'autres dont la peine maximale (Crédits : reuters.com)

La justice égyptienne vient de confirmer une peine de 20 ans à l'encontre de l'ex-président Mohamed Morsi. Une confirmation prononcée par la Cour de cassation, ce qui représente le premier verdict définitif prononcé à l'encontre de l'ex-chef de l'Etat, qui a également été condamné dans d'autres procès, actuellement en appel.

Une affaire qui remonte à avril 2015

Les autorités judiciaires égyptiennes ont également confirmé des jugements prononcés à l'encontre de 8 co-accusés, dont 7 encours la même peine que l'ex-président et un autre a écopé de 10 ans de prison selon l'AFP. Morsi, rappelons-le, avait été condamné en avril 2015 pour sa responsabilité dans les affrontements meurtriers qui avaient éclaté à l'extérieur du palais présidentiel, durant son court mandat. Ce qui était au début une manifestation de l'opposition dénonçant un décret présidentiel dans lequel le président déchu s'octroyant des prérogatives hors de tout contrôle judiciaire, c'est rapidement transformé en bataille rangée entre opposants et partisans de Morsi, sous le regard des forces de l'ordre qui s'étaient limités à protéger les abords du palais présidentiel.

Frères musulmans, la traque continue

Après la destitution de Morsi en juillet 2013, par l'ex chef de l'armée Abdel Fattah Al-Sissi et le lancement d'une répression violente contre la confrérie des Frères musulmans dont été issu le président déchu. Plusieurs procès ont été intentés contre l'ancien président. Ce dernier risque toujours une condamnation à mort, actuellement en appel. Ce jugement concerne des évasions massives de prison et des attaques contre la police lors de la révolution de 2011 qui avait renversé Hosni Moubarak.

Amine Ater

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.