[Exclusif] Cession de BIA Niger : les négociations reprennent avec le groupe BCP

Alors que le dossier de cession de la BIA Niger au groupe bancaire marocain BCP est en stand by depuis quelques mois, une délégation du gouvernement nigérien est arrivée à Casablanca pour reprendre les négociations. Cette fois, les deux parties entendent conclure l’opération en dépit de la situation difficile que traverse la deuxième banque nigérienne et la réticence de certains actionnaires.
(Crédits : DR)

Du nouveau dans l'affaire de la reprise par le groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) de la Banque internationale pour l'Afrique au Niger (BIA Niger) !  Alors que la finalisation de l'opération traîne depuis quelques mois, une délégation des autorités nigériennes vient d'arriver à Casablanca pour reprendre le fil des négociations. La mission qui est conduite par le ministre délégué au Budget, Ahmed Jidoud, est composée de membres du management ainsi que du conseil d'administration de la banque. Bien que les tractations avec la BCP se déroulent dans le plus grand secret, l'enjeu ne fait aucun doute. Il s'agit de conclure une bonne fois pour toute, l'opération de prise de contrôle de la BIA Niger par le groupe bancaire marocain. Les deux parties avaient déjà signé un accord de cession, en Août 2015 à Paris, en vertu duquel l'Etat nigérien a accepté de céder les parts qu'il détient dans le tour de table de la BIA à la BCP via son holding africain Atlantic Business International (ABI). La première phase de l'opération portait sur 53% de l'actionnariat de la banque dont près de 40% de l'Etat du Niger pour un montant de 22 millions d'euros. Par la suite et selon les termes de la même convention, la BCP devrait progressivement monter en puissance dans le capital de la banque nigérienne pour arriver à une part de 65 à 70% en absorbant les parts détenues par les autres actionnaires. L'opération de cession a par la suite eu l'aval de la commission bancaire régionale et un conseil d'administration extraordinaire devait valider la cession en décembre 2015 avant qu'il ne soit reporté au mois de mars dernier.

Accord en vue

Depuis, le dossier ne fait que traîner et plus d'une année après la conclusion de l'opération, la BCP n'a pas encore pris le contrôle de la BIA. Il y a quelques mois, des informations ont fait état de l'avortement de l'opération à la suite de la nomination de nouveaux administrateurs à la tête de la banque, ce qui a provoqué la colère des agents de la BIA Niger. Selon nos informations, l'opération est prise en otage par la réticence de certains actionnaires qui disposent d'une minorité de blocage au sein de l'actionnariat de la Banque nigérienne. La reprise du contact entre les deux parties remet sur la table la poursuite de l'opération avec cette fois, des chances d'aboutir à un accord définitif.

Plusieurs arguments plaident en faveur de ce scénario. D'abord, la BIA traverse une situation financière assez difficile avec une explosion de ses dettes et des créances douteuses auxquelles s'ajoute un problème de gouvernance au niveau du management et du conseil d'administration de la banque. Pour rappel, c'est cette situation qui a été en partie, la raison du départ en catastrophe en 2012 de Coris International Bank qui avait acquis une année auparavant 35% des parts que détenaient à l'époque la BNP Paribas dans la BIA Niger. Ensuite, les récents engagements donnés au syndicat des agents de la banque par le nouveau ministre des finances, Hassoumi Massaoudou, nommé en octobre dernier, vont dans le même sens. C'est un proche du président Mahamadou Issoufou et de l'actuel ministre directeur de cabinet de ce dernier, Ouhoumoudou Mahamadou, qui était à la tête de la BIA Niger lors de la conclusion de l'opération avec la BCP. Enfin, l'autre argument qui va certainement peser, c'est la crise des finances publiques que traverse le Niger et qui a imposé aux autorités d'engager une véritable opération de mobilisation de ressources internes. La conclusion de l'opération pourrait ainsi permettre de faire rentrer du cash dans les caisses de l'Etat en cette période de vaches maigres.

La BCP deviendrait premier groupe bancaire au Niger

Les deux parties vont s'accorder sur la finalisation de la tractation de la convention de 2015 ou revoir certaines dispositions au regard de l'évolution de la situation financière de la banque depuis la signature de l'accord entre l'Etat du Niger et la BCP.

Avec la finalisation de l'opération, la BCP, deuxième groupe marocain va se hisser au rang de premier groupe bancaire du Niger. La banque marocaine est déjà présente au Niger à travers sa filiale Banque Atlantique qui détient 10% du marché local.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.