La Tunisie lance une plateforme numérique pour accompagner les investisseurs

 |   |  257  mots
Pour le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, 2018 a été « la meilleure année en termes d'investissements grâce, notamment, à la numérisation des appels d'offres publics »
Pour le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, 2018 a été « la meilleure année en termes d'investissements grâce, notamment, à la numérisation des appels d'offres publics » (Crédits : Reuters)
Le gouvernement tunisien a procédé vendredi, au lancement d'une plateforme numérique destinée à l'accompagnement des investisseurs, aussi bien étrangers que locaux. Objectif, parvenir à numériser à 100% les opérations d'investissement dans le pays.

Le lancement de ce nouveau dispositif a été opéré en marge du Forum de l'investissement en Tunisie (TIF). L'événement, organisé autour du thème « La Tunisie à l'avant-garde de l'intelligence artificielle », veut essentiellement promouvoir le pays du jasmin en tant que pays à l'avant-garde de l'intelligence artificielle et attractif dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC).

En effet, avec de nombreux atouts comme une infrastructure établie, une excellente pénétration mobile internet (la plus forte d'ailleurs sur le continent), un positionnement géopolitique au cœur de la région méditerranéenne et une main-d'œuvre qualifiée, instruite et jeune, la Tunisie a su attirer sur son sol, environ 3.500 entreprises étrangères décidées à bénéficier de ces avantages mais également à accéder plus facilement aux marchés régionaux forts de plus de 800 millions de consommateurs.

Pour le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, 2018 a été « la meilleure année en termes d'investissements grâce, notamment, à la numérisation des appels d'offres publics et la promulgation d'un texte de loi permettant d'alléger les procédures administratives ».
Le chef du gouvernement s'est également félicité du « rétablissement » de l'économie tunisienne et des finances publiques, et a à ce titre, prédit une baisse du déficit budgétaire à 3,9% vers la fin 2019, alors qu'elle était encore à 7,4% en 2016.

La Tunisie « sera un haut lieu d'investissement d'ici 2030 », a martelé Youssef Chahed, assurant que « l'amélioration du climat des affaires figure en tête des priorités du gouvernement ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :