Financements : en 40 ans, la BAD a débloqué 2 milliards de dollars au profit du Mozambique

 |   |  321  mots
(Crédits : Reuters)
Faisant un bilan de ses activités au Mozambique, la Banque africaine de développement a indiqué avoir financé pas moins de 100 projets dans le pays au cours de ses 40 années de présence. En totalité, il est question d'une enveloppe globale de près de 2 milliards de dollars investie par l'institution financière panafricaine au Mozambique.

Au cours de 40 années de présence au Mozambique, la Banque africaine de développement (BAD) a grandement contribué au financement du développement du pays. Cette semaine, dans un bilan sur l'ensemble de ses activités, l'institution financière panafricaine a indiqué avoir investi durant ces 40 années (depuis 1977) dans ce pays africain, pas moins de 2 milliards de dollars.

Cette importante enveloppe financière a été affectée à plus de 100 projets principalement dans les domaines de l'énergie, de l'agriculture et des infrastructures. La Banque a notamment financé la construction de plus de 800 kilomètres de routes au Mozambique au cours des 10 dernières années. L'institution s'est également mobilisé pour la fourniture de l'eau potable à près de deux millions de personnes et pour l'amélioration des revenus de plus de 8.000 familles paysannes dans le pays. En ce qui concerne le secteur de l'emploi, la BAD a pu contribuer à la création d'environ 1.500 emplois grâce au projet ferroviaire de Nacala (nord).

120 millions de dollars pour l'agriculture en 10 ans

Dans son intervention au Mozambique, la BAD a accordé une attention particulière au secteur agricole. Selon les données rendues publique par l'institution, en 10 ans, de 2007 à 2017, la Banque a investi dans l'agriculture au Mozambique, près de 120 millions de dollars. L'institution précise que cette enveloppe a permis de financer 9 opérations au total dans ce secteur très important pour l'économie (génère 24% du PIB et emploie 70% de la population active).

Grâce son appui, indique la BAD, près de 240.000 personnes ont bénéficié d'une amélioration dans leurs activités agricoles pendant que 25.000 producteurs ont suivi une formation sur l'usage des technologies agricoles améliorées. Aussi, a ajouté l'institution panafricaine, 90 kilomètres de routes ont été construites ou réhabilitées dans les zones de production agricole et plus de 16.000 hectares de terres agricoles ont amélioré leur gestion de l'eau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :