La Banque mondiale injecte 1,5 milliard de dollars dans le programme de développement ivoirien

 |   |  307  mots
En 2016 et pendant les premiers mois de 2017, la Côte d’Ivoire a continué d’enregistrer une des plus fortes croissances économiques du continent africain, selon la Banque mondiale.
En 2016 et pendant les premiers mois de 2017, la Côte d’Ivoire a continué d’enregistrer une des plus fortes croissances économiques du continent africain, selon la Banque mondiale. (Crédits : Reuters)
Pour accompagner le programme de développement ivoirin pour la période 2016-2020 qui entend transformer la Côte d'Ivoire, la Banque mondiale débloquera 1 milliard de dollars au titre de l'aide au développement, plus 500 de dollars destinés aux filières de l'anacarde et du cacao.

Quand les indicateurs sont au vert, que la stabilité politique est maintenue et les réformes promises engagées, les investisseurs accourent. Ce scénario d'une économie en pleine croissance s'applique à la Côte d'Ivoire, comme l'explique la Banque mondiale dans une présentation sommaire :

«Depuis quatre ans, la Côte d'Ivoire connaît un succès économique remarquable, illustré par une croissance rapide du PIB qui a fait reculer la pauvreté. Le gouvernement a adopté un nouveau programme national de développement (PND) pour la période 2016-2020 qui entend transformer la Côte d'Ivoire en une économie à revenu intermédiaire d'ici 2020 et réduire fortement le taux de pauvreté».

Pour accompagner cet élan, l'institution de Bretton Woods devrait incessamment débloquer une aide de développement de pas moins de 1 milliard de dollars au profit du pays au cours de cette année fiscale qui se termine en juin.

D'après Maktar Diop, vice-président de la Banque pour l'Afrique, qui s'exprimait devant le presse, à l'issue d'une audience avec le chef de l'Etat, Alassane Dramane Ouattara, ce jeudi à Abidjan, ce montant sera renforcé par un autre apport de 500 millions, destinés aux filières de l'anacarde et du cacao.

Augmenter le volume des investissements à 5 milliards de dollars

Ainsi la Côte d'Ivoire bénéficiera ; pour la filière de l'anacarde, d'un projet estimé à 200 millions de dollars et pour le cacao, d'un projet estimé à 300 millions de dollars, a précisé le vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique.

En avril 2016, les bailleurs de fonds avaient promis une aide de 15,4 milliards de dollars sous la forme de dons et de prêts en faveur du PND ivoirien. Le Groupe de la Banque mondiale s'était alors engagé à doubler son soutien au cours des quatre prochaines années, pour le porter à environ cinq milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :