Infrastructures : Djibouti adhère au Fonds Africa50 de la BAD pour diversifier ses financements

 |   |  476  mots
(Crédits : DR)
Djibouti vient d’adhérer officiellement ce mardi 5 septembre au Fonds Africa50, après l'approbation du gouvernement d'un projet de loi portant sur l'adhésion et la ratification des statuts de la structure panafricaine de financement basée au Maroc. Le pays veut diversifier ses ressources de financement pour soutenir les grands projets d’infrastructure en cours.

Le fonds Africa50 s'agrandit. Un nouvel actionnaire étatique vient de faire son entrée dans le capital de la structure financière panafricaine initiée par la Banque africaine de développement (BAD) et domiciliée à Casablanca, la capitale économique du Maroc. Il s'agit de Djibouti, qui rejoint ainsi une vingtaine de pays actionnaires. Outre la BAD qui a été à l'origine du lancement du Fonds, les institutions financières, la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO) et la Bank Al-Maghrib, la Banque centrale du Maroc, sont également des actionnaires d'Africa50.

« Ce premier fonds souverain africain d'investissement va permettre à Djibouti de diversifier ses ressources de financement pour soutenir les projets d'infrastructure en coure mais aussi impliquer le secteur privé national », a indiqué l'Agence Xinhua qui cite un communiqué de gouvernement Djiboutien.

Le voisin immédiat de la Somalie et de l'Ethiopie qui, après avoir souffert de la sécheresse a enregistré une croissance économique de 6,5% en 2016. Le pays de la Corne de l'Afrique est dans une dynamique économique positive tirée par le secteur portuaire qui représente 80% du PIB. Or, les investissements dans ce secteur ne sont pas encore suffisants. Le Fonds panafricain Africa50, voué au financement de grands projets nationaux et régionaux à fort impact principalement dans les secteurs de l'énergie et des transports, peut apporter un grand soutien au secteur portuaire djiboutien d'autant plus qu'en 2016, le capital d'Africa50 s'élevait à 740 millions de dollars dont 663 millions pour le véhicule juridique de financement des projets et 77 millions pour le véhicule de développement des projets, selon la BAD.

Djibouti, un pays en construction?

Sur le long terme, le Fonds Africa50 ambitionne de mobiliser l'épargne de l'ensemble des investisseurs africains et regrouper les institutions économiques du continent notamment la BAD, « institution solide dans la sphère de la finance internationale », œuvrant en Afrique.

Cette adhésion peut-être également un grand soutien à l'ambitieux programme djiboutien appelé Vision Djibouti 2035, une stratégie de développement initiée par le gouvernement. Le programme vise à faire de Djibouti, grâce à sa position hautement stratégique, un hub commercial et logistique en Afrique, « le phare de la mer rouge ».

Concrètement, il s'agira d'accélérer la croissance du PIB pour atteindre un niveau « élevé et durable » afin de porter le taux de croissance du pays de 940.000 habitants à une moyenne annuelle de 7,5% à 10% en 2035. Le schéma de croissance dessiné, selon le gouvernement Djiboutien, permettra de créer plus de 200 mille emplois avant 2035. Le taux de chômage qui dépasse les 40% devrait considérablement baisser pour se situer à 10% dans les 20 ans à venir. Mais il va falloir relever un défis de taille pour atteindre tous ces objectifs: attirer le maximum de capitaux pour combler le déficit d'investissement dans le pays. L'adhésion au véhicule d'investissement, appelé Africa50, s'inscrit dans cette logique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2017 à 17:31 :
VIVE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI, VIVE IOG , VIVE MON BEAU PAYS DJIBOUTI PLEIN DE BONHEUR , JE SUIS VRAIMENT HEUREUX DE NAÎTRE DANS CE PAYS MERVEILLEUX, VIVE IOG !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :